10 mai 2011

Temps de lecture : 2 min

Facebook remonte le temps pour Mc Donald’s

Pour lancer le «Burger 1955» dans les pays nordiques, DDB 0slo a retrouvé, via le réseau social, les premiers clients et employés du restaurant d’origine de la chaîne et les fait témoigner dans trois films. Conçus comme des documentaires, ils sont attachants et spontanés et permettent à la marque de révéler une facette plus authentique de son monde idéal… Néanmoins, vintage à souhait!

A la carte depuis la mi-avril dans tous les McDonald’s d’Europe, le «Burger 1955» est incontournable. Cette nouvelle recette conçue en hommage aux années 50, a incité chaque pays à communiquer sur ce thème. Comme la campagne déclinée par DDB Oslo pour les pays nordiques. Mais dans un autre registre que celui de la reconstitution idéale façon Pleasantville. L’agence a, en effet, choisi de remonter aux origines de la marque à travers des employés ou des clients de la première heure.

Mais rien n’aurait été possible sans cette recherche minutieuse via Facebook aux Etats Unis. DDB a ainsi retrouvé Glen Volkmanet, client présent lors de l’ouverture du tout premier restaurant de la chaîne le 15 avril 1955 à des Plaines dans l’Illinois mais aussi Lester Stein Jr qui a travaillé aux côtés du fondateur Ray Kroc, tout au long de l’été 55 ainsi que Debra Arnold et Shirley Wigodner, des habituées d’origine.

Chacun de ces témoins, garants de la véritable histoire de la chaîne de fastfood, apparait dans trois films réalisés caméra au poing comme des documentaires. A travers ces images réalistes et tournées sur le vif, ils racontent chacun à leur tour, leurs souvenirs, leurs habitudes ou les événements qui se sont déroulés dans leur cantine préférée et qui ont marqué leur vie. Ainsi ce client qui a rencontré sa future épouse ou cet autre qui a mangé avant les autres des premiers «McDo».

Le ton des 3 spots est spontané et dégage une ambiance authentique, attachante. Donnant aussi au spectateur l’occasion de remonter le temps et de plonger dans l’Amérique des années 50 (notamment avec la découverte du 1er restaurant, érigé en musée) mais aussi l’impression de partager avec lui un moment intime et unique appartenant à la vraie vie.

Une campagne nostalgique mais pas mièvre et parfaitement réussie. Elle permet à la marque de révéler une autre de ses facettes où la relation client n’est pas seulement marchande mais affective, profonde et de longue date. Démarrée au Danemark et en Suède, elle se décline actuellement en Norvège avant de se poursuivre en juin en Finlande.

Et cornichon sur le sandwich! Chaque filiale relaie les trois films sur sa page Facebook en offrant aux fans des images inédites des trois documentaires et, surtout un reportage sur le restaurant d’origine de la chaîne, resté en l’état et mis en scène avec des mannequins. De quoi se projeter 60 ans plus tôt!

Florence Berthier    

Source: Campaignlive

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

14/09/2021
JCDecaux poursuit sa révolution data

François-Xavier Pierrel, chief data officer de JCDecaux, détaille pour INfluencia la nouvelle offre Data mondiale du groupe, mêlant solutions locales et globales.…

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia