18 février 2011

Temps de lecture : 1 min

Facebook et les 6 degrés de séparation

Envie de tester la force de votre réseau social tout en gagnant un voyage dans la perfide Albion? VisitBritain, l'Office National de promotion du tourisme britannique lance un jeu sur la toile. Mais il y a un truc…

Envie de tester la force de votre réseau social tout en gagnant un voyage dans la perfide Albion? VisitBritain, l’Office National de promotion du tourisme britannique lance un jeu sur la toile. Mais il y a un truc…

Connaissez-vous la théorie des six degrés de séparation, établie par le hongrois Frigyes Karinthy en 1929? Elle explique que toute personne sur le globe peut être reliée à n’importe quelle autre, au travers d’une chaîne de relations individuelles comprenant au plus cinq autres maillons. Avec le développement des réseaux sociaux, le fameux degré moyen est mesuré précisément à 6,5.

VisitBritain, le service de promotion touristique du Royaume-Uni a décidé de prouver la justesse de cette théorie, au moins chez les étudiants et les lycéens. Comment? Tout simplement en lançant une application Facebook baptisée «Unite the Invite», et en encourageant les membres de la génération Y à participer à une sorte de chasse au trésor sur le réseau social.

Chaque concurrent s’inscrit et télécharge sa photo. Et il remporte… Une demi invitation pour aller passer un week end dans l’une des six grandes villes du pays (Londres, Manchester, Liverpool, Glasgow, Edinburgh et Cardiff).

Car il y a un petit «hic»: l’autre demi billet a été gagné par un inconnu. Un autre facebookien ou facebookienne, qu’il va falloir trouver, grâce à sa photo. Une photo qu’il suffit de poster sur son mur, avec éventuellement un petit mot. Reste à attendre et à faire confiance à la puissance de son réseau pour passer le message et trouver sa moitié! Le couple le plus rapide à se retrouver, sera l’heureux lauréat.

 L’opération dure jusqu’au 13 mars. Seuls les Américains, Canadiens ou Australiens peuvent y participer. Une idée sympathique et dont d’autres marques pourraient parfaitement s’inspirer.

Raphaël Legrand

La rédaction

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia