9 avril 2012

Temps de lecture : 1 min

face.com: la reconnaissance par l’image franchit un cap…

Une société israélienne spécialisée dans les technologies de reconnaissance faciale a développé une nouvelle interface de programmation (API) aussi intrigante que terrifiante: un logiciel qui reconnaît l’âge et l’humeur d’une personne sur une simple photo. Donne moi une photo et je te dirai qui tu es...

En rachetant la startup PittPatt l’an passé, Google démontrait tout son intérêt pour la reconnaissance faciale, malgré ses critiques quelques mois plus tôt. Née en 2004 pour exploiter les technologies de vision par ordinateur pour les photos et les vidéos, élaborées pendant 10 ans par des chercheurs de la célèbre université de Carnegie Mellon, PittPatt a offert à Google une nouvelle intelligence artificielle pour développer ses nombreux produits basés sur les photos et les vidéos. Facebook, Sony avec son Picture Motion Browser et Apple, en attente d’un brevet, ont eux aussi été séduits par une technologie principalement utilisée dans des systèmes de sécurité, police et douanes en premier lieu.

Spécialistes de la reconnaissance faciale, les Israéliens de face.com viennent de rendre disponible un logiciel unique au monde: sur la base d’une photo il devine un âge minimum, maximum ou estimé, et également l’humeur de la personne concernée. L’API fournit aussi, en fonction de la qualité des photos et de l’angle du visage, un degré de fiabilité. Comment? En indiquant des pourcentages de probabilité sur la justesse du verdict.

Pour accompagner cette interface de programmation destinée aux développeurs d’applications, face.com a construit ses deux propres apps sur Facebook, qui scannent les photos et les tag pour vous.

Le logiciel, s’il ne garantit pas une véracité scientifique implacable, permet déjà de deviner une tranche d’âge, avec une fourchette d’erreur de trois ans. Si pour l’instant l’application AgeMeter, disponible sur App Store, utilise l’innovation de face.com uniquement par exemple pour jouer sur l’âge des stars, à court terme le logiciel pourrait servir à Big Brother. Empêcher un adolescent ou un enfant de regarder un film pour lequel il est trop jeune sur Netflix, ou les détenteurs d’une carte d’identité bidon de s’approvisionner en alcool, n’est que la partie visible des possibilités sécuritaires de ce logiciel. Mais le côté obscur a de gros potentiels…

En revanche, pour  la publicité, face.com pourrait être synonyme de révolution. Imaginez une caméra installée dans une boutique et scannant le visage des consommateurs. Une fois leur âge deviné, il serait alors possible de les cibler avec encore plus de précision a posteriori dans les campagnes et les affiches. Du pain béni pour les marques…

Benjamin Adler

Plus de précisions avec le programme M vidéo (Mashable)

 

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia