21 avril 2010

Temps de lecture : 2 min

Etrangeté exotérique

Depuis quelques semaines l'humanité a l'impression de vivre dans un film. Des événements inhabituels surgissent d'un peu partout. Ils nous font prendre conscience que le digital accélère et rend plus palpable des événements créant un certain sentiment d'étrangeté relayé en « live » pour la première fois dans l'Histoire.

Depuis quelques semaines l’humanité a l’impression de vivre dans un film. Des événements inhabituels surgissent d’un peu partout. Ils nous font prendre conscience que le digital accélère et rend plus palpable des événements créant un certain sentiment d’étrangeté relayé en « live » pour la première fois dans l’Histoire.

L’éruption du volcan Eyjafjöll nous donne l’impression d’être dans Flash Gordon, film de Mike Hodges sorti en 1981 et présentant la Terre attaquée par Ming, un empereur extraterrestre provoquant des catastrophes, des éruptions et des tremblements de terre pour déstabiliser l’activité humaine et s’emparer de la Planète Terre. Au-delà de son caractère hautement cinématographique, cette éruption a pris le monde entier par surprise. En plus d’avoir coûté des milliards de dollars aux compagnies aériennes et à l’économie mondiale, celle-ci a démontré en effet en quoi un phénomène naturel peut perturber le bon déroulement d’une civilisation occidentale lourdement équipée et technologiquement avancée…

Une situation incroyable et surtout étrange. Un mot qui semble s’appliquer à beaucoup de situations en ce moment en ce qu’il signifie un événement imprévisible, quelque chose d’in-habituel (NB : l’étrange n’est pas l’accident, car l’accident est quelque part toujours prévisible. Paul Virilio parle de « ce qui arrive » en désignant des accidents). Nous sommes bien ici dans le domaine de l’étrange, et l’éruption du volcan islandais est tout aussi improbable que la mort du président polonais dans le crash de son avion officiel, qui nous a fait tout récemment croire que nous étions dans un épisode de 24h et que Jack Bauer y était forcément pour quelque chose.

Ces événements font tomber la frontière ténue entre fiction et réalité, mais nous permettent aussi de poser un questionnement passionnant sur la nouvelle réalité media induite par le digital, où une information peut faire le tour du monde en quelques minutes, ce qui fut le cas avec l’apparition (étrange) de mystérieuses boules de feu dans le ciel américain il y a quelques jours. Un scénario un peu différent de celui de Flash Gordon, qui nous rapproche ici plus du film catastrophe 2012 (les boules de feu dans le ciel étant un des signes annonciateurs de la fin des temps dans l’Apocalypse selon Saint Jean, ce qui a nourri bon nombre de discussions sur les blogs et forums).

Rappelons qu’Apocalypse signifie « mise à nu », « enlèvement du voile », « révélation ». Révéler est quelque part le rôle du digital dans la diffusion, l’analyse à chaud et la « viralité » de ces événements étranges mais également de tout type d’information ou de contenu. Grâce au mobile, à Internet, à Twitter et Facebook, les phénomènes inexpliqués ou étranges (et les désagréments qu’ils ont causés) ont résonné bien plus vite et bien plus fort en étant diffusés, décryptés, appropriés… Ces événements sont finalement devenus plus palpables qu’ils ne l’auraient été à l’ère du média oral et des mass media.

En cela le digital « enlève le voile » car il permet l’accélération, le questionnement, l’étonnement, l’échange et ce à l’échelle planétaire. Les nouvelles technologies rendent donc quelque part le monde plus étrange qu’il ne l’a jamais été et jouent un rôle exotérique  (terme désignant « ce qui est public » par opposition à ce qui est  « ésotérique », initiatique). Elles décloisonnent et rendent plus visibles.

Un changement d’ère, très certainement. Pas de doute, le siècle commence bien en 2010.

  Thomas Jamet – Head of Entertainment & brand(ed) content, Vivaki (Publicis Groupe)
thomas.jamet@vivaki.com / www.twitter.com/tomnever

Bande Originale de Flash Gordon par Queen

 

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia