21 juillet 2015

Temps de lecture : 3 min

Etes-vous fait pour créer une start-up ?

Planter une graine et faire grandir une jeune pousse n'est pas donné à tout le monde. Pour cela il faut être ou devenir un entrepreneur capable de répondre aux enjeux du numérique. INfluencia vous livre cinq critères qui font ou pourraient faire de vous un " serial start-uper " !

Planter une graine et faire grandir une jeune pousse n’est pas donné à tout le monde. Pour cela il faut être ou devenir un entrepreneur capable de répondre aux enjeux du numérique. INfluencia vous livre cinq critères qui font ou pourraient faire de vous un  » serial start-uper  » !

Suis-je fait ou pas pour intégrer le monde des start-up ? Ai-je la volonté, la vision et la gouaille nécessaires pour y arriver ? Depuis des années, évangélistes, coachs, prêcheurs, experts, professeurs et chercheurs, tous -charlatans ou bien pensants- clament détenir les clefs de la réussite. Dans ce lacis de blabla, INfluencia essaye, avec l’aide d’entrepreneur.com, de faire le tri…

1 / Comprendre que vous ne serez jamais complètement « prêt »

Pour certains, « être prêt » signifie être complètement préparé. Pourtant, tous les entrepreneurs du globe vous le diront, vous ne pouvez pas être préparé à ce qui vous attend. Alors oui, il y a les paramètres sine qua non obligatoires et préalables à tout lancement  de sa boîte, et ils sont tellement évidents qu’ils sont les premiers à être considérés. Mais inutile de toujours en retarder le départ par excès de précaution et de nécessité de contrôle. Trop d’entrepreneurs échouent à comprendre que ce qu’ils ont déjà fait, est suffisant pour démarrer. Donner son meilleur est une nécessité, mais pinailler peut coûter cher en temps, en argent et même faire rater des opportunités.

2 / Savoir vendre

Vous pouvez avoir la passion et l’envie. Vous pouvez avoir une vision claire de la direction à prendre. Vous pouvez avoir le meilleur produit avec la meilleure tagline, si vous ne savez pas vendre, aucune de ces qualités ne vous sera utile. Vendre constitue la clef de voûte de n’importe quelle entreprise, mais cela ne se limite pas à parler aux clients. Investisseurs, associés, partenaires, employés, même votre conjoint(e) et votre famille ont besoin d’être convaincus d’ »acheter ». Il ne s’agit pas de les manipuler mais bien de leur vendre son idée.

3 / Avoir une feuille de route financière

Une raison majeure pour laquelle beaucoup de gens ne deviennent pas entrepreneurs réside dans le risque financier. Si vous avez un plan déjà établi pour y répondre vous réduisez les probabilités d’échec. Pour certains, garder un emploi à plein temps en parallèle est une solution qui marche tant qu’il n’est pas nécessaire d’être disponible à 100%. En revanche, si votre boîte a besoin de votre temps et de votre attention au quotidien, vous devez prévoir un matelas financier sur lequel vous reposer pendant le développement de votre entreprise. En moyenne, il faut prévoir entre 6 mois et 2 ans d’avance. La bonne réponse est que cela dépend de chacun et de la somme qui vous permet une relative tranquillité d’esprit. La seule qui puisse vous permettre de ne penser à rien d’autre qu’au succès de votre start-up.

4 / Laisser son ego de côté

Si vous voulez toujours avoir raison et avez constamment besoin de prouver à tout le monde que vous pouvez franchir les obstacles tout seul, réfléchissez à deux fois avant de démarrer : vous n’êtes pas fait pour cela. Les erreurs et les territoires contrariants sont indissociables d’une start-up et cela ne changera pas même après les premières phases de développement. Si vous acceptez d’être l’étudiant de temps en temps et pas tout le temps le professeur expert, vous irez de l’avant plus facilement, avec moins de soucis. Etre un entrepreneur rend humble, c’est dans la difficulté que vous apprendrez le plus sur ce que le succès nécessite. Vous devez être même volontaire pour exécuter des tâches que vous détestez ou pour lesquelles vous avez peu d’intérêt. Si votre ego vous fait reculer devant ces boulots pourtant essentiels au bon fonctionnement de votre start-up, vous n’y arriverez pas.

5 / Avoir un business plan cohérent

Ce B.A. BA entrepreneurial relève peut-être du sens commun, mais comme pour les régimes et l’exercice physique, l’application pratique est moins évidente. Certains entrepreneurs peuvent être tellement débordés que la seule pensée de devoir rédiger un business plan est indigeste, résultat ils ne savent pas par où commencer et abandonnent avant même d’avoir débuté. D’autres -encore ce satané ego- clament ne pas avoir besoin de business plan et préfèrent dédier ce temps à « travailler concrètement sur les affaires ». C’est une erreur. La beauté d’un tel document c’est que primo, il vous force à être clair sur vos intentions, votre méthode et les actions à mener pour atteindre l’objectif. Tout poser sur une feuille oblige à être spécifique. Secundo, bien écrit il ne sert pas seulement de benchmark et à évaluer vos progrès, il devient un outil de planification pour le futur.

Source : entrepreneur.com

Adler Benjamin

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia