6 février 2013

Temps de lecture : 2 min

L’esthétique virtuelle à l’assaut du réel

Les repères visuels et les codes esthétiques des univers virtuels se sont imposés dans les yeux des internautes et des gamers. L'iconographie numérique a modifié leurs repères. Pour ne pas les perdre, la réalité doit s'adapter.

L’esthétique virtuelle est en train d’envahir le monde réel. Les urbanistes s’inspirent des codes numériques pour imaginer la ville du futur, des ingénieurs transposent dans la vraie vie les règles de certains jeux vidéo et certains artistes transforment l’immatérialité du web en contenus bien réels affichés dans les rues. A tel point qu’on se demande si la frontière entre virtuel et réel existe encore…

Une rue de Londres transformée en paysage 8-bits

Une fontaine qui fuit de pixels bleus, un taxi tout droit sorti de Sim City, un chien fait en quelques carrés et même un Tetris géant qui se déroule sur un mur… Pour accompagner la sortie du film d’animation Les Mondes de Ralph, dont le personnage principal s’échappe d’un jeu d’arcade à l’ancienne, Disney a demandé aux studios Aden Hynes Sculpture de transformer la célèbre rue Brick Lane de Londres en paradis du pixel, la rebaptisant au passage #8BITLANE. L’esthétique vintage s’installe dans la ville et pourrait inspirer les urbanistes de demain.
 

Une partie de Mario Kart en live

Remy Gaillard s’était déjà attaqué à Mario Kart dans une vidéo culte (plus de 60 millions de vue sur Youtube). Les ingénieurs du Waterloo Lab sont allés encore plus loin en mettant en œuvre un logiciel pointu permettant de jouer en live au célèbre jeu, avec toutes les options. Déguisés de leurs personnages préférés (Yoshi, Donkey Kong Jr ou Luigi) ils roulent sur des Karts connectés qui accélèrent en passant sur un champignon magique et ralentissent si une carapace verte les atteint. Le mode d’emploi est complexe, mais le fun est bien réel.

Quand les fantômes de Google Street View réinvestissent la rue

Qui sont ces millions de passants photographiés par les camions Google pour les besoins du logiciel Street View? Ces silhouettes anonymes aux visages floutés, qui errent sur la toile comme des fantômes sans identité, l’artiste italien Paolo Cirio les transforment en icônes de Street Art. Dans le cadre de son projet Street Ghosts, il imprime en taille réelle et colle à l’endroit même où elles ont été prises les photos de ces passants un peu particuliers. La rue prend alors des allures de Google Street View et laisse une étrange sensation. Ces personnages sont-ils bien réel? 

L’Oeil de Links – Street Ghosts

Bienvenue dans la réalité pixellisée!

Olivier Van Bockstael
Soon Soon Soon

Crédit photo en une : Aden Hynes Sculpture

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia