8 janvier 2014

Temps de lecture : 2 min

Escales culturelles : quand l’art investit les aéroports

La première impression qu’un voyageur se fait d’une ville se matérialise souvent lors de son arrivée à l’aéroport. C’est dans ce premier lieu de contact que la ville commence à se raconter, à se dévoiler à ses nouveaux visiteurs. Direction San Francisco.

Les artistes et le type d’oeuvres qui sont mis en avant au sein d’un aéroport sont de forts indicateurs sur les aspirations politiques, économiques et culturelles d’une ville. En partant de ce constat, la ville de San Francisco s’est essayée à une expérience unique aujourd’hui: avoir son propre musée au sein de son aéroport, le SFO Museum. Celui-ci affiche une ambition claire: une curation dédiée pour proposer des expositions qui encouragent les passagers à parcourir et prendre le temps de s’imprégner des œuvres plutôt que de les effleurer entre deux correspondances – chacune d’entre elles a d’ailleurs son propre cartel expliquant les intentions de l’artiste ou la valeur culturelle de l’objet d’art présenté.

Pour les curateurs comme pour les passagers, le caractère inédit de cette plateforme culturelle permet de donner et d’avoir accès à des sujets artistiques avec lesquels ils ne rentreraient pas forcément en contact dans les musées traditionnels, comme les Jouets Japonais par exemple. Le fait d’être localisé au sein d’un aéroport permet également de toucher un public plus large, plus diversifié et de leur donner accès à des oeuvres qu’ils n’auraient peut-être jamais découvert sinon. Une expérience déjà éprouvée par l’aéroport qui propose des expositions culturelles depuis plus de trente ans, et désormais développées de façon inédite.

Afin de guider et de mieux connaître ses visiteurs, le musée s’appuie largement sur les possibilités d’interaction qu’offre la communication digitale, notamment via les médias sociaux. Le plan des expositions est un exemple du fonctionnement inédit et surtout de l’étendue de la programmation proposée par ce musée: depuis Japanese toys au Terminal 2, à Classic Plastics au Terminal International, en passant par l’exposition de photos de femmes au travail pendant la Seconde Guerre Mondiale du Musée et Bibliothèque de l’Aviation.

Signe fort et incontestable de ce succès : les témoignages de ces passagers qui fréquentent régulièrement l’aéroport et affirment prévoir désormais suffisamment de temps avant leur vol ou entre leur correspondance pour pouvoir profiter de l’exposition qu’accueille le terminal dans lequel ils doivent se rendre. Avec plus d’une dizaine de millions de passagers qui transitent au sein de l’aéroport, et les milliers de collaborateurs qui l’animent, la curation de ces expositions est un véhicule fantastique de transmission et médiation culturelle auprès du grand public.

En attendant de voir d’autres métropoles ouvrir des musées dans leurs aéroports, le SFO Museum capitalise parfaitement sur cette connivence indéniable entre la nature éphémère du voyage et l’expérience presque inattendue proposée par la découverte de ces expositions.

Florence Marin
La Société Anonyme

La rédaction

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia