15 juillet 2014

Temps de lecture : 2 min

Embrasse-moi, déshabille-moi. Et après ?

En donnant un petit frère à la bombe virale « First Kiss », la chaîne américaine Showtime reprend sans complexe et avec talent le flambeau d’une campagne à succès initiée il y a quelques mois par la marque de vêtements Wren. Un concept qui pourrait inspirer d'autres marques.

Généralement, quand un annonceur copie un autre, il est descendu en flammes par le grand public et les professionnels. Plagiat, tromperie… les mots ne manquent pas pour taxer l’entreprise en panne de créativité.

Or, depuis quelques jours circule la vidéo « Undress Me » où des inconnus (qui ne sont pas des acteurs) sont invités à se déshabiller mutuellement et à se glisser dans le même lit. Images en noir et blanc, réalisation soignée, de la tension, de la gêne, mais aussi beaucoup de tendresse, de pudeur et même des sourires… Cette courte séquence n’est pas sans nous rappeler cet instant si particulier avant le passage à l’acte. Le spectateur est accroché et le film fait le buzz.

Pourtant, cette vidéo a comme un goût de déjà-vu. Et pour cause, car « Undress Me » s’inscrit dans la suite logique de « First Kiss » puisque là aussi des inconnus étaient invités à une expérience inhabituelle : s’embrasser. D’ailleurs, c’est la même réalisatrice, Tatia Pilieva, qui est derrière la caméra d’où un mimétisme dans le mode de tournage et l’intensité. Orchestrée par Wren, marque de vêtement basée à Los Angeles, cette première vidéo avait aussitôt remporté un grand succès avec 85 millions de vues et des débats à n’en plus finir sur l’authenticité des personnes.

Pour ce second opus, exit Wren, et place à Showtime qui exploite à son tour les mêmes ​ressorts pour faire le teasing du premier épisode de la saison 2 de sa série « Masters of Sex » aux Etats-Unis. Pour la chaîne, c’est du pain béni. Le format a largement fait ses preuves quelques mois auparavant et ces moments de tendresse collent parfaitement avec le thème de la série. Et ça marche,​ même s’il y a reprise d’une idée déjà utilisée​. Déjà plus de 6 millions de vues pour « Undress Me » et une couverture médiatique qui devrait être à la hauteur du premier opus.

Et si, sans le vouloir, « First Kiss » avait posé les bases d’une nouvelle forme de publicité déclinable à l’infini, basée sur des scènes de la vie, ​pourvu que les annonceurs ne soient pas concurrents ? Un troisième épisode pourrait être alors lancé où 20 inconnus seraient invités à coucher ensemble. Derrière ce dispositif, on pourrait très bien retrouver une marque de préservatif ou de lubrifiant. Qui osera​ continuer l’histoire​ ? Rendez-vous (peut-être) dans quelques mois !

Eric Espinosa / @EricESPINOSA8

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia