8 mars 2012

Temps de lecture : 1 min

Et si l’emballage de demain était comestible?

Avec son projet WikiCells, un professeur de Harvard entend bien résoudre les problèmes des déchets de plastique en rendant mangeable et même gustatif le packaging du futur.

L’idée est assez folle pour nous intriguer. Pour le professeur américain de la prestigieuse université de Harvard -le même homme qui a inventé « le Whif » (du chocolat que l’on peut inhaler), le Whaf (générateur de saveur)  et l’Aeroshot (un pulvérisateur de caféine)- le fruit d’aujourd’hui constitue le packaging de demain. Inspiré par l’emballage naturel de Dame nature et la première bouteille comestible au monde qu’il a conçue il y a quelques années, David Edwards lance WikiCells.

Sa nouvelle technologie, qui fait suite aux projets préalables de Breathable Foods et de capsule énergétique, est censée mettre fin aux emballages plastiques. Et évidemment à tous les soucis de déchets allant avec.

Le concept révolutionnaire et pour le moins génial développé par le docteur Edwards consiste à envelopper les mets d’une texture uniquement composée des produits naturels comme un fruit ou un légume. WikiCells proposerait par exemple un gaspacho dans une tomate, un jus d’orange dans une orange.

Pour abriter un produit comme du yaourt, l’enveloppe molle et fruitée emplie de particules peut être entourée d’une coquille faite de chocolat, d’algue ou de sucre d’orge. Quid de l’hygiène d’un tel emballage? De la même manière que vous lavez un fruit avant de le manger, vous rincerez le WikiCells avant de le mettre en bouche.

David Edwards prévoit de lancer sur le marché son innovation en mai prochain. Il espère à terme concevoir une machine de production WikiCell destinée à être vendue aux restaurants, mais également aux villages et villes des pays en voie de développement désireux de rentabiliser leurs propres productions agricoles.

Un projet bien dans la tendance  « je veux essayer de consommer plus juste, pour contribuer à l’amélioration du monde dans lequel je vis », qu’évoquait Cécilia Tassin, directrice associée stratégie et développement de Black & Gold, lors de la table ronde organisée le 8 mars à Paris par l’ADC et l’UDA.

Benjamin Adler

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia