17 février 2016

Temps de lecture : 1 min

La douce révolution des Fashion Weeks

De janvier à février, le monde de la mode est en ébullition dans les capitales des Fashion Weeks. Alors que l'événement paraît rodé, certaines marques ont décidé de bousculer les codes pour s'adapter à une clientèle friande d'immédiateté.

De janvier à février, le monde de la mode est en ébullition dans les capitales des Fashion Weeks. Alors que l’événement paraît rodé, certaines marques ont décidé de bousculer les codes pour s’adapter à une clientèle friande d’immédiateté.

La Fashion Week est en train de passer d’une fête exclusivement réservée aux critiques et aux acheteurs à un rassemblement d’une semaine autour de designers et de créations qui engagent directement les consommateurs. Le live streaming d’abord préempté par YouTube s’est aujourd’hui déplacé sur Snapchat et sur Periscope. Jean-Paul Gaultier a d’ailleurs fait le choix de filmer en direct son défilé par deux modeuses françaises qui, installées à deux places stratégiques, ont pu diffuser en live l’événement sur leur comptes.

D’un autre côté, Burberry bouleverse le calendrier et la saisonnalité de ses défilés. La marque britannique a pris la décision de ne plus faire quatre défilés par an mais seulement deux en mixant les collections hommes et femmes. Rebecca Minkoff et Tom Ford suivent le mouvement et souhaitent désormais proposer les collections en boutique le lendemain du défilé. Le monde de la mode évolue lentement mais sûrement tandis que Mulberry prend le temps d’introduire son nouveau directeur artistique après l’avoir annoncé… il y a un an et demi.

# ART BALISTIK

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia