4 juillet 2013

Temps de lecture : 2 min

Les douaniers U.S immortalisent leurs prises sur Instagram !

Tous les passagers de la terre détestent les inévitables passages à la sécurité, sur le chemin de la porte d’embarquement. Aux Etats-Unis, les contrôles sont encore plus drastiques depuis le 11 septembre. Pour justifier son zèle, une agence gouvernementale expose ses prises quotidiennes sur Instagram...

Pour les marques, les réseaux sociaux constituent un outil de captation d’audience. Le contenu partageable qui y est généré étend la portée du message, nous ne vous apprenons rien. Pour les institutions d’Etat, l’arsenal social sert lui le plus souvent à expliquer pour parfois mieux (re)dorer leur blason. En ouvrant un compte Instagram pour y exposer les armes confisquées dans les aéroports du pays, l’Agence nationale américaine de sécurité dans les transports (TSA) utilise elle le pouvoir de l’image pour justifier ses contrôles pointilleux.

Comment montrer aux millions de passagers qui tous les jours se coltinent les contraintes des passages interminables à la sécurité, que finalement l’attente est justifiée ? La TSA offre une réponse intéressante : en postant sur Instagram les objets de leur zèle sécuritaire. Ouvert depuis fin juin, le compte officiel de l’agence sur la plate-forme de partage de photos affiche avec ou sans filtre toutes les armes confisquées par ses agents dans les aéroports. Tout y passe : poings américains, feu d’artifice, couteaux, révolvers et même des grenades.

Cinq ans après le lancement de son blog et parallèlement à ses comptes Twitter l’agence du gouvernement fédéral a choisi le support le plus approprié pour sa campagne didactique. Avec plus de 100 millions d’utilisateurs, Instagram est une plate-forme sociale très utilisée dans les aéroports. C’est aussi l’outil visuel le plus pertinent sur la Toile pour mettre les passagers excédés par les queues devant le fait de leur nécessité. Le message est efficace : sans les contrôles, voici ce qui serait avec vous dans votre avion.

Chez l’Oncle Sam, l’Etat a rarement de scrupules à faire d’exemples publics ceux qui n’ont pas obéi à ses lois. La décision de mettre les objets du délit sur Instagram s’inscrit dans cette philosophie. Pour l’instant, le feed de la TSA ne comprend qu’une dizaine de photos, mais compte déjà 29 319 abonnés ! Il y a donc une véritable appétence doublée pour certains d’une forme de voyeurisme à laquelle répond la TSA.

Malgré les efforts pédagogiques de l’agence créée au lendemain des attentas du 11 septembre, une question importante se pose : que deviennent les armes confisquées ? Peuvent-elles être recyclées pour être transformées en bracelet, comme le fait Jewerly For A Cause, à qui INfluencia consacrait un article en mai dernier ?

Benjamin Adler / @BenjaminAdlerLA

La rédaction

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia