24 avril 2014

Temps de lecture : 1 min

Dérision et harcèlement font-ils bon ménage ?

Sujet grave et sensible, le harcèlement scolaire a des répercussions non négligeables sur la vie d'un l’enfant. Si les campagnes de sensibilisation abordent le thème d’une manière toujours très solennelle, VH1 a fait le pari du contre-pied. Sur fond de « I will survive » de Gloria Gaynor, la chaîne américaine mise sur l’humour noir et la vengeance pour faire passer le message. A juste titre ?

Sujet grave et sensible, le harcèlement scolaire a des répercussions non négligeables sur la vie d’un l’enfant. Si les campagnes de sensibilisation abordent le thème d’une manière toujours très solennelle, VH1 a fait le pari du contre-pied. Sur fond de « I will survive » de Gloria Gaynor, la chaîne américaine mise sur l’humour noir et la vengeance pour faire passer le message. A juste titre ?

« Le harcèlement se définit comme une violence répétée qui peut être verbale, physique ou psychologique. Cette violence se retrouve aussi au sein de l’école. Elle est le fait d’un ou de plusieurs élèves à l’encontre d’une victime qui ne peut se défendre. » Telle est la définition du harcèlement selon le site gouvernemental Agir contre le harcèlement à l’école. Fort de ce postulat,la chaîne VH1 et l’agence argentine Del Campo Saatchi & Saatchi ont lancé une campagne pour sensibiliser l’opinion. Avec le tube  « I will survive » et des mises en situation décalées, VH1 donne la parole à des enfants persécutés sur fond de revanche : « Nerds today, bosses tomorrow. Don’t Bully » (binoclard aujourd’hui, patron demain. Ne te moque pas).

Rythmé et entrainant, le spot a le mérite de sortir des codes habituels. Si la forme est novatrice et mérite que l’on s’y intéresse, le fond soulève plusieurs interrogations. Au vu de cette communication, Il suffirait donc de souffrir en silence en attendant que la vie nous donne une chance de se venger ? Et surtout, cette campagne ne s’attache pas à souligner les dégâts causés dans l’immédiat. Sur sa chaîne YouTube, VH1 se justifie en « adoptant un langage similaire aux personnes qui pourraient être témoin ou vivre ce type d’événement. » Difficile d’imaginer un tel entrain de la part des éléves moqués. En France, 10 % des collégiens rencontrent des problèmes avec le harcèlement et 6 % d’entre eux subissent un harcèlement que l’on peut qualifier de sévère à très sévère*.

Eric Espinosa / @EricESPINOSA8

*  : agircontreleharcelementalecole.gouv.fr

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia