6 avril 2011

Temps de lecture : 1 min

Délivrance

Après VW Touran mettant en scène un cadre exfiltrant de la ville des singes pour les remettre dans la jungle, voici que Mercedes se penche à son tour sur les relations homme-nature. Faut-il y lire un signe de la mauvaise conscience des constructeurs? Par Patrice Duchemin…

Ici, l’homme des villes est devenu homme des bois à la pilosité abondante vivant dans un cabanon. Quête de simplicité, d’authenticité, bla bla, bla, les motivations sonnent comme des propos de fin de repas chez les bobos. Oui, mais pour combien de temps? Car voilà qu’une puissante Mercedes (égarée?) vient à traverser la forêt… et croiser le regard de notre homme alors que celui-ci était sur les traces de son chien fugueur. Est-ce vraiment un hasard ?

Le chien, qui a reconnu en elle un grand fauve, arrête soudainement sa course et fixe son maître resté de l’autre côté de la route. Echanges de regards. Que veut nous dire le chien? Et l’homme? Et la voiture? Le désir se réveille. «La sensualité éveille les sens», vient nous suggérer le spot. Civilisation, attends moi! s’écrie notre homme qui, rasé de près et instantanément en costume, monte à bord du providentiel et énigmatique véhicule.
Un pont plus loin, le revoilà au pied de son loft new-yorkais. Fini l’écologie et la décroissance, back to business.

L’homme a créé l’automobile, quoi de plus normal que ce soit elle qui le ramène à la civilisation?

Patrice Duchemin / Planning & Tendances
Réagissez sur redaction@influencia.net

La rédaction

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia