26 juin 2013

Temps de lecture : 2 min

Dans le futur, on passera des vacances 1.0

Réserver un hôtel garanti sans wi-fi, partir en vacances dans l’appartement de son voisin de palier ou faire un Paris-Bordeaux en 15 heures, les vacances du futur savent prendre leur temps !

Vous avez craqué pour l’Iphone 5 ? Vous êtes on-ne-peut-plus enchantés par la fibre optique fraîchement installé dans votre appartement ? Votre nouvelle tablette Xperia c’est un peu votre nouveau bébé ? Tant mieux pour vous ! Mais demain, vous paierez pour vous déconnecter… Comme dans la mode où trop de carreaux tuent le carreau, trop de vie 3.0 tue la vie 3.0

Se déstresser, voilà la première motivation des vacances selon une étude menée par Futurebrand Australie. Or recevoir un mail de reproches pour n’avoir pas lu ses textos alors qu’on t’avait prévenu de regarder ton Facebook,…que de stress pour notre petit homo connectus !

Mais qu’il se détende ! Demain, à l’instar de Kit Kat qui lance sa no wi-fi zone ( voir ci dessous) , notre cher homo connectus bookera des hôtels garantis sans connexion internet et laissera son bien-aimé Iphone 5 à une baby-sitter ou dans un coffre fort dont il n’aura pas le code (trop facile sinon…)

On nous parle toujours de pont entre la vie réelle et la vie virtuelle, mais demain on paiera pour apprendre à séparer les deux.

En 1623, les vacances étaient définies comme « une période où l’on rend sa liberté aux élèves », demain, les vacances nous rendront notre liberté d’oisiveté, aujourd’hui allègrement grignotée par des nouvelles technologies affamées et friandes d’engloutir nos précieuses minutes.

Muni d’un stylo-bille et d’une montre de Romain Jérôme qui ne donne pas l’heure, dans le futur l’homo deconnectus écrira des cartes postales…depuis chez lui ! Les vacances 1.0 nous apprendront le dépaysement local et l’exotisme du chez soi.

Le kérosène devient un produit de luxe, même si le low cost a encore de belles envolées devant lui, demain, il faudra économiser longtemps pour partir loin. Mais l’homo connectus n’a pas envie d’attendre des lustres pour partir à des kilomètres, demain, il voyagera ultra-local. Il partira en « staycation » concept qui nous est parvenu aux oreilles grâce à nos bureaux de Londres et New-York, et passera donc des vacances at home. Il profitera d’un room service dans sa chambre de tous les jours ou louera le loft de son voisin de palier s’il se sent l’âme aventurière…

 Bienvenue aux slowlidays

A l’heure où tout va vite, (trop vite ?) les vacances 1.0 de demain nous feront ralentir le rythme. Slow-food, slow-life, slow-beauty surfent déjà sur la vague du temps long. Bienvenue aux slowlidays , les vacances plus temporelles que spatiales.

En cherchant à maximiser le bien-être des passagers et en designant l’avant des cabines comme un lobby de bar, le nouveau A350, dernier né d’Airbus l’a bien compris, le confort fait l’expérience.

Demain, pas d’accélérateur, nous mettrons notre pied à fond sur la pédale de frein. Paris-Bordeaux en 15 heures, le rêve ! Londres-Florence en 5 jours, le pied ! Demain nous fêterons l’ère de l’Orient (pas) Express. Avec son « GPS to Get Lost » (vidéo ci dessous), Jeep est sur le bon chemin, perdre du temps c’est regagner un bout de sa liberté.

Reste à designer les contours de cette expérience temporelle et à brander le temps suspendu. Marcel Proust courait déjà à la recherche du temps perdu, les vacances du futur l’ont retrouvé ! C’était moins une…

Mathilde Gaist, Planneur Stratégique
mgaist@futurebrand.com

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia