5 avril 2020

Temps de lecture : 3 min

Crise et information qui fout le camp : RSF propose une solution

1957, Hannah Arendt : « pour la première fois dans l’histoire universelle, tous les peuples de la Terre ont un présent commun ». 2020, au coeur du Covid-19 : désinformation, censure, propagande, fake news, Reporters sans Frontière tire la sonnette d’alarme et appelle à une coalition internationale nécéssaire. Sa solution : « L’Observatoire 19 ». Décryptage.

1957, Hannah Arendt : « pour la première fois dans l’histoire universelle, tous les peuples de la Terre ont un présent commun ». 2020, au coeur du Covid-19 : désinformation, censure, propagande, fake news, Reporters sans Frontière tire la sonnette d’alarme et appelle à une coalition internationale nécéssaire. Sa solution : « L’Observatoire 19 ». Décryptage.

Article 19 de la Déclaration universelle « Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considération de frontière, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit ».  En bref, la liberté de l’information et de la presse. Constante fondamentale,  caractéristique supposée  communue des sociétés démocratiques occidentales, qui, comme beaucoup d’autres points constitutionnels n’est pas respecté dans les faits. Résultat, des centaines de milliers de journalistes peinant à mettre en lumière la vérité des maux du monde.

Pour en parler, sensibiliser et pallier cette déficience en ces temps de crise majeure et sans précédents, Reporters sans frontières (RSF) investit le terrain et  lance l’Observatoire 19, une plateforme de suivi d’actualité en temps réel mettant en lumière l’évolution et l’impact direct du coronavirus et de sa propagation sur le journalisme. Un canal de diffusion visant à centraliser les recommandations pour favoriser le droit à l’information et aider à un meilleur relai médiatique de la crise en cours.

Aux grands maux les grands moyens

Dénommé « L’Observatoire 19 » en référence au Covid-19, mais aussi à l’article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme, l’organisation de défense de la liberté de la presse Reporters sans frontières (RSF) impose  via ce projet une évaluation des impacts de la pandémie sur le journalisme. Concrètement, il documente la censure étatique, la désinformation délibérée et leurs effets sur le droit à l’information fiable. Résultat attendu : un  libre et fiable exercice du journalisme.
Comme l’économie, la politique, les populations, la consommation, les institutions privées, les infrastructures publiques, les entreprises :  tous et toutes subissent la crise. Le problème : les médias aussi. Le digital n’aidant pas, un flot de fake news inonde le monde et sème la zizanie. Car qui dit  liberté de l’information  dit liberté  d’expression, chacun y va de ses prospections et la véracité des dires n’est visiblement plus au menu.

Dystopie à dompter

Urgence constante, nombre de morts en croissance exponentielle, services publics en caléfaction et confinement sans date de péremption à l’horizon : un scénario dystopique bien réel qui nécessite une circulation  fluide et juste de l’information pour régir l’organisation du chantier mondial en crise.

Comme la philosophe Hannah Arendt l’écrivait justement en 1957 : « pour la première fois dans l’histoire universelle, tous les peuples de la Terre ont un présent commun ». Et comme le soutient RSF depuis longtemps, l’humanité ne saurait affronter aucun des grands défis globaux sans journalisme. Crise sociale, politique, environnementale, nationale ou mondiale : véritable nerf de toute guerre, l’information doit retrouver son sens entre les mains des experts.

Chacun pour sa pomme ou la recette de l’échec

Entre la corruption de ceux-ci, la propagande de ceux-là et la censure des autres, Reporters sans Frontière tire la sonnette d’alarme et appelle à une coalition internationale nécéssaire. « La censure ne peut pas être considérée comme une affaire intérieure à tel ou tel pays : le contrôle de l’information dans un pays donné a des conséquences partout sur la planète et nous en subissons aujourd’hui les effets. Il en va de même de la désinformation et des rumeurs. Elles amènent les individus à prendre de mauvaises décisions, restreignent leur libre arbitre, anéantissent leur intelligence », insiste Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters sans frontières (RSF).

Solution contre désinformation

Iran, Chine, « il est urgent de rendre compte, de manière exhaustive et honnête, des obstacles à la liberté de la presse et des tentatives de manipulation de l’information dans le contexte de cette épidémie sans précédent », poursuit Christophe Deloire.

Avec l’Observatoire 19, une carte mondiale interactive sur la situation de la liberté de la presse, un flux quotidien d’actualité ainsi que des informations pratiques. Et pour épauler  les journalistes de plus belle, une mise en avant des problématiques essentielles à analyser. Pour finir, le secrétaire général de l’organisation tire son chapeau aux investis : « Je tiens à saluer le travail des journalistes à travers le monde qui prennent des risques, s’exposent au virus pour informer, ajoute Christophe Deloire. Ils remplissent une fonction sociale essentielle. Cet observatoire est dédié à ces “historiens du présent”, de notre présent commun ».

Un grand OUI, un grand MERCI.

 

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia