8 avril 2020

Temps de lecture : 5 min

Covid-19 et solidarité, un chirurgien nous livre son journal de bord d’infirmier d’un jour

Chirurgien digestif à l'hôpital Franco-Britannique, Grégoire Deroide nous livre le compte rendu de sa journée passée (en 12 H) sur un poste infirmier et rend hommage aux infirmières et personnel soignant.

Chirurgien digestif  à l’hôpital Franco-Britannique, Grégoire Deroide nous livre son compte rendu de la journée passée (en 12 H) sur un poste infirmier et rend hommage aux infirmières et au personnel soignant.

La gestion du personnel est tendue et comme nos blocs sont fermés en cette période Covid, je me suis porté volontaire pour prendre une vacation d’infirmier sur le Planning. C’est une vacation en 12 h, de 6h 45 à 19h, Levé 5h 45 car il vaut mieux arriver un peu avant pour soulager les équipes de nuit. Je ne suis pas habitué à me lever si tôt même comme chirurgien sauf urgence. J’avoue être un peu stressé à l’idée de ne pas être efficace et être plus un boulet pour l’équipe si je ne sais pas être autonome rapidement. Je suis venu déjà une matinée il y a 48h pour m’y préparer.

Ne pas être un boulet pour les infirmières

Il va falloir gérer les constantes, ne pas se tromper dans les prescriptions, je me demande si je ne serai pas meilleur en brancardier ou Aide-Soignant ou élève infirmier. Préparer une perfusion d inexium , un anti sécrétoire pour éviter l’acidité gastrique ça peut aller il n y a pas trop d’enjeu mais préparer l’actrapid par exemple une insuline en 50 UI pour 50ml.. ; Il ne faut pas se tromper. Pour la seringue électrique qui délivrera la dose minute par minute, ce n’est pas pareil de mettre 50 ui dans 48 cc ou 52 cc en terme de dose. Je dois m’y reprendre 3 fois pour faire le bon dosage. Cela n’a l air de rien mais il faut une certaine habitude. Finalement dès l’arrivée, à 6h30 je m’aperçois qu’il y a en plus de l’équipe prévue pour un dimanche d’autres renforts infirmiers qui viennent d’autres services de médecine et qui veulent se préparer également. On sera en sureffectif et il se crée dès la première heure une atmosphère d’équipe plutôt très sympathique qui va même se transformer en Franche camaraderie. Heureusement car il n’est que 9h et il fait déjà super chaud sous la casaque, les sur chaussures, la visière, le double masque, le double chapeau foulard et une double paire de gants. Il faut changer de gants entre chaque patient.

Ce qui me prend 5 minutes, leur en prend une

J ‘apprends donc à relever les constantes toutes les deux heures, pouls température, urines, les éléments importants du respirateur. Fréquence respiratoire, volume courant … Mes collègues infirmières me laissent faire mais je vois bien que ce qui me prend 5 min leurs a pris une minute à peine, elles ont l’œil et les réflexes. Elles sont indulgentes et flattées que le chirurgien d’habitude un peu distant vienne les aider à partager leur quotidien. Il n y a pas eu d’entrée cette nuit en réanimation, la journée va être plus calme et je suis soulagé, je ne serai pas une charge. 10 h on va retourner des patients qui sont soit en DV décubitus ventral. La position Ventrale est nécessaire pour mieux ventiler les bases pulmonaires (déplisser les alvéoles) des patients qui sont sévèrement atteints. Il faut des bras et on est 6 autour du patient. Ces derniers doivent dans ce cas être retournés. Il faut faire attention à la sonde d intubations et à toutes les perfusions. Les patients sont retournés toutes les 16 h environ

Retourner les patients

Apres avoir retourné deux patients de la position Ventrale à la position Dorsale, il reste un patient cette fois à mettre en Décubitus Ventral. Un détail amusant ils sont mis en position de crawl et on change la position des bras toutes les 4h. Ensuite une pose en Alternance bien méritée. On se retrouve en Salle de repos après avoir enlevé dans un ordre bien précis la casaque avec les gants en même temps puis le Masque FFP2 dont les élastiques sont très sérrés, laissent des marques sur le nez et parfois des ulcérations sur le nez pour les IDE (lire article sur la campagne Dove diffusée ce jour) qui travaillent tous les jours. Certaines portent deux masques , un FFP2 et un masque chirurgical classique pour protéger et conserver au maximum ces masques protecteurs si précieux en période de pénurie. C’est déjà difficile de respirer à travers le FFP2 donc a travers deux masques la sensation est encore plus étouffante. Cela fait 3 h que je suis là et je suis à la fois impressionné par le travail 24/7 réalisé par les équipes d’infirmiers(es), d aide Soignants, de brancardiers entièrement dévoués travaillant dans une atmosphère de bon aloi. Impressionnant et touchant.

Nous extubons Nina, 55 ans, sévèrement atteinte qui va mieux

A la pause on partage tous en alternance les denrées offertes le matin par les entreprises ou des particuliers, cookies de MacDo, des café de StarBuck, meringues et gâteaux de particuliers. La nuit ce sont en général des pizzas et à midi des sushis m a-t-on dit. C’est la fin de matinée, on va extuber Nina, une femme de 55 ans qui à été sévèrement atteinte et intubée, ventilée depuis plusieurs jours. Elle va mieux, tout le personnel est impatient de partager ce moment par des applaudissements. Cela reste un geste extrêmement contaminant car à l’ablation du tube situé dans la trachée, l’anesthésiste et son aide sont à la tête du patient et peuvent, comme la patiente va tousser être très exposés à une contamination avec une grosse charge virale. On confectionne un écran sous forme de drap et on prévient Nina qu’on va lui recouvrir la tête pour l’extuber . Elle devient véhémente et s’agite sur sa sonde en faisant Non de La tête. Elle semble ne pas comprendre ce qui va lui arriver et qu’elle va être libérée et pouvoir enfin parler. L extubation se passe bien et elle peut désormais respirer normalement. Toute l’équipe à applaudit. Apres quelques toux et crachats elle peut enfin s’exprimer et nous avoue qu’elle n’avait pas bien compris ce qu ‘on lui disait. « Elle croyait qu’on allait tout arrêter pour elle »

Chapeau bas. Vraiment.

La matinée se termine par une toilette complète de patient avec les risques liés aux contaminations par des selles liquides probablement infestées de virus nous obligeant avec Marine mon binôme pour cette tâche à nous changer complètement . J’en profiterai pour tester les combinaisons intégrales blanches qui sont encore plus étouffantes.
Je regarde l’horloge et il n’est que 14 h encore 5 h qui passeront finalement assez vite, il y a juste un tour de prises de constantes à faire toutes les deux heures .
18 h 45 je suis libéré un peu plus tôt, j’ai été content de participer une journée mais ce n’est rien à côté des différents personnels qui le font en 24/ 7 ne chôment pas, ne compte pas leurs heures et ne prennent pas tout leurs repos. Chapeau bas, Vraiment

Deroide Grégoire

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia