2 avril 2020

Temps de lecture : 4 min

Covid-19 et imagination fertile : Histoire de confinement

Isolé depuis le début du confinement, un peu comme nous tous, Raphaël Kenzey, co-fondateur de la maison de production Raise Up, a imaginé ce court métrage qu'il livre à Influencia. Le confinement a du bon sur les esprits créatifs.

Isolé depuis le début du confinement, un peu comme nous tous, Raphaël Kenzey, co-fondateur de la maison de production Raise Up, a imaginé ce court métrage qu’il livre à Influencia. L’enfermement délie l’esprit des artistes…

Raphaël a déjà pris ses billets d’avion pour présenter le premier long métrage de Raise Up au Texas, au SXSW, quand soudain l’ordre de rester chez soi entre en vigueur. Depuis, il est seul au dernier étage de son immeuble, et ironie du sort, il a arrêté de fumer depuis le début du confinement. Nul doute, que l’absence de ce passe-temps addicitf, qu’il troque pour des pastilles de Niquotine qu’il va « mâchouiller » conscieusement à sa fenêtre, pour éviter que la fumée ne rentre dans son appartement, crée de moments d’inquiétante étrangeté. C’est dans ce cadre qu’il écrit Le suicidaire qu’il nous livre ici. L’lhistoire de deux voisins de « fenêtre » qui se chicanent au sujet de leur suicide. Qui se jette en premier? Quid du qu’en dira-t-on? La chute est bien entendu inattendue.

EPISODE 1
Le suicidaire

EXT – JOUR – BALCON D’UN IMMEUBLE

Un homme le teint blafard et les bras tremblants avance sur son balcon. Il l’enjambe, prêt à en finir. Il prend un temps, une grande respiration.
Il entend la voix d’un homme sur le côté.

Voisin de droite
– Ah non, c’est pas possible, déjà que ma vie était pourrie, vous allez pas gâcher ma mort aussi…

L’homme tourne sa tête, et découvre que son voisin est dans la même position que lui, et avec visiblement le même objectif.

Voisin de gauche
(le premier homme)
– Mais qu’est-ce vous faites là ?

Voisin de droite
– Là, je cherche mes lentilles là ! Ben la même chose que vous, ça se voit pas ?…

Voisin de droite
– Ah oui mais ça m’arrange pas ça…

Voisin de gauche
– Bon écoutez, j’étais là avant vous, ça fait une heure que je me prépare, et si vous vous suicidez en même temps que moi, ça va complètement gâcher l’effet

Voisin de droite
– Mais vous plaisantez ou quoi, y’a pas un ticket de passage que je sache. Et puis si ça fait si longtemps c’est que vous êtes pas vraiment sûr de vous. Moi si, d’ailleurs si vous ne m’aviez pas interrompu…

Voisin de gauche
– Mais bien sûr, vous auriez sauté de suite, novice va… ça c’est ce qu’on se dit avant d’y aller, mais une fois qu’on y est, c’est autre chose, là je vous ai évité une heure de réflexion, donc rentrez chez vous, vous reprendrez ça plus tard…

Voisin de droite
– Non mais on croit rêver, il va me donner des ordres en plus. Je saute si je veux. D’ailleurs, c’est vous que ça gêne que je saute, moi je m’en fous de l’effet, vous n’avez qu’à sauter en même temps que moi, je m’en fous…

L’homme commence à se balancer.

Voisin de gauche
– Attendez !!!!

Voisin de droite
– Oh quoi encore ?

Voisin de gauche
– Si on saute en même temps, les gens vont penser qu’on était…

Voisin de droite
(agacé)
– Qu’on était quoi ?

Voisin de gauche
(en faisant un geste de folle de la main)
– Ben vous savez… non pas que j’ai quelque chose contre eux, mais de là qu’on pense qu’on était ensemble…

Voisin de droite
– Aaahhh je vois oui

Voisin de gauche
– Aaah voilà, bon maintenant merci mais laissez-moi s’il vous plait.

Voisin de droite
– Mais ça suffit à la fin, qu’est-ce qui vous donne le droit de penser que votre mort prévaut sur la mienne.

Voisin de gauche
– Ben déjà moi je suis seul au monde, vous vous avez une fiancée, vous avez un appartement qui fait le double du mien, moi j’ai rien réussi dans ma vie, je suis un bon à rien.

Voisin de droite
– Alors déjà ma fiancée m’a quitté, et ensuite qu’est-ce que vous en savez que mon appartement est plus grand que le votre…

Voisin de gauche
– J’ai vu les plans de l’immeuble quand j’ai acheté l’appartement…

Voisin de droite
– Ah parce que vous êtes propriétaire en plus… et à Paris Monsieur, et ça se vante d’avoir raté sa vie…

Voisin de gauche
– C’est pas la question…

Voisin de droite
– Mais si c’est la question, et moi je suis vraiment seul au monde, ma fiancée m’a pris nos amis au passage…

Voisin de gauche
– Moi toute ma famille est à l’étranger, je viens de me faire virer, et je ne fais que ruminer mes échecs entre mes murs, j’ai besoin d’aller vers une autre vie.

Voisin de droite
– La concierge m’a dit que vous aviez écrit un livre qu’elle a trouvé très bon…

Voisin de gauche
– Ah la garce, qui parle dans mon dos, je lui avais demandé de garder le secret…

Voisin de droite
– Apparemment vous auriez beaucoup de talents monsieur le suicidaire…Et puis si vous étiez si seul au monde, vous vous en foutriez pas mal de ce qu’on pense de votre mort, donc arrêtez un peu…

Voisin de gauche
– Et vousn vous croyez que je vous entends pas jouer du piano, tous les jours, c’est magnifique ce que vous jouez, on peut pas jouer aussi bien quand on est vraiment triste que je sache…

Le voisin de droite fait une moue.

Voisin de gauche
(air accusateur)
– Oui magnifique oui !

Voisin de droite
– Mais qu’est- ce que vous y connaissez, c’est thérapeutique justement. « quand le cœur est triste et le chant joyeux, la voix vient du ciel » c’est bien connu…

Voisin de gauche
– Ben voilà, pas besoin d’aller au ciel si vous y êtes déjà, et puis vous dites « d’autres vies » comme si vous étiez sûr de vous réincarner…

Voisin de droite
– Exactement…

Voisin de gauche
– Et s’il n’y avait rien, hein, s’il n’y avait rien, vous y avez pensé à ça? Vous êtes trop optimiste pour vous suicider, réfléchissez-y encore une fois et revenez demain parce que là…

On entend un bruit de pet qui coupe le voisin de gauche dans son élan

Voisin de gauche
– Mais qu’est-ce que c’est que ça, vous êtes un gros degueulasse…

Voisin de droite
(avec un sourire sournois)
– C’est comme ça que vous imaginiez votre mort ? avec un pet comme dernier son et comme dernière effluve… si vous sautez après ça, vous allez gâcher votre effet, pour vous-même…

Voisin de gauche
– Mais c’est pas vrai !!! et vous ça ne vous dérange pas de laisser vos derniers mots à votre cul…

Voisin de droite
– Bien au contraire, figurez-vous que j’ai toujours eu beaucoup de second degré, je trouve ça très cohérent.

On entend un cri, et on voit une silhouette d’un troisième homme tomber entres les deux.
Les deux hommes étonnés et agacés.

Voisin de droite
– Mais c’est pas vrai

Voisin de gauche
– Quel culot franchement…

Ils regardent au sol, puis se regardent l’un l’autre.

Voisin de droite
– bon foutu pour foutu je vous offre un verre ?

Voisin de gauche
– Volontiers, d’ailleurs justement je serais curieux d’avoir votre avis sur mon livre, j’ai un exemplaire là …

Voisin de droite
– Je dois vous avouer qu’en fait je l’ai lu, la concierge justement…

Voisin de gauche
– Oh la salope…

Kenzey Raphaël

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia