4 décembre 2020

Temps de lecture : 3 min

[Contenu partenaire SUP DE PUB] La pédagogie hors les murs favorise l’insertion professionnelle

Tournée vers les acteurs du marché de la communication, la pédagogie de Sup de Pub répond aux enjeux des entreprises comme aux attentes des étudiants. La directrice déléguée du campus parisien, Anne-Françoise Stasser détaille les contours d’une stratégie pragmatique et qui se projette aussi vers l’avenir.

Tournée vers les acteurs du marché de la communication, la pédagogie de Sup de Pub répond aux enjeux des entreprises comme aux attentes des étudiants. La directrice déléguée du campus parisien, Anne-Françoise Stasser détaille les contours d’une stratégie pragmatique et qui se projette aussi vers l’avenir.

INFLUENCIA I A QUELS BESOINS DES ENTREPRISES DOIVENT REPONDRE VOS FORMATIONS ?

ANNE-FRANÇOISE STASSER : Les entreprises étaient déjà en pleine transformation, mais le Covid-19 a fait gagner quatre à cinq ans sur leur virage digital. Les dirigeants se tournent plus que jamais vers des talents, qui savent faire preuve d’adaptation et d’agilité, développer un esprit critique et innover, en ayant le sens du service client. Les étudiants stagiaires, et futures recrues, doivent aussi être autonomes, savoir travailler dans l’urgence, en équipe, et souvent à distance. Il faut donc qu’il y ait un bon équilibre entre les compétences techniques et comportementales. Les employeurs veulent pouvoir compter sur des managers qui soient « producteurs » d’idées, de sens et de concepts avant d’être « directeurs ». Nos étudiants doivent aussi être d’emblée très opérationnels.

IN I QUELLES SONT LES ATTENTES DU CÔTÉ DES ÉTUDIANTS ?

AFS Ils recherchent une pédagogie en phase avec les besoins du marché et les demandes des entreprises, mais aussi une formation qui les aide à prendre du recul sur les enjeux stratégiques du moment. Notre comité de perfectionnement, qui réunit une vingtaine de hauts dirigeants, est en permanence à l’affût des nouveaux métiers : spécialistes en expérience client et en influence, ou experts en performance digitale, brand content, data ou communication interne digitale, dont les besoins ont été accélérés par le Covid. Comme nos étudiants ne veulent plus de cours « en verticalité », nous travaillons notre pédagogie immersive à travers des formats créatifs et collaboratifs : des challenges sous forme de workshop avec les entreprises, des hackathons, des task forces… Le Lab, animé par Anne Magnien – journaliste et ex-Culture Pub sur M6, qui intervient chez nous en histoire de la pub –, réfléchit par exemple à ce que seront les contours d’une école de pub demain…

IN I DANS QUELLE MESURE SONT-ILS PRÉPARÉS AUX MÉTIERS DE DEMAIN ?

AFS Nous développons la capacité des étudiants à travailler dans les conditions réelles. Notre Creative Factory organise des compétitions, où ils ont par exemple deux semaines pour concevoir une campagne pertinente, définir une stratégie globale avec un budget réaliste. Ils sont au plus près de l’entreprise avec les workshops et hackathons qui se tiennent chez Instagram, Facebook, JCDecaux, à Station F… L’insertion professionnelle est favorisée par notre pédagogie hors les murs, par exemple quand nos étudiants des campus de Londres et Paris ont une journée pour répondre à un « brief sous la mer » organisé avec Proximity dans ces deux capitales. L’école accueille les grands acteurs du marché pour qu’ils partagent leur expérience lors des « Big Boss en classe », et à l’occasion de partenariats avec Le club des ambassadeurs de TF1 ou Havas.

IN I UNE FOIS LACHÉS DANS LA VRAIE VIE, COMMENT SUIVEZ-VOUS VOS ANCIENS ELEVES ?

AFS La stratégie Alumni Revival est un de nos nouveaux chantiers. Elle doit permettre de garder le contact avec nos diplômés, d’accompagner les ex-étudiants en reconversion et de renforcer le sentiment d’appartenance à Sup de Pub. Il s’agira de parler des anciens sur nos comptes LinkedIn ou Facebook, de les inspirer en les associant à des événements propriétaires ou partenaires, de leur proposer des modules vidéo de formation ou d’approfondissement… Nous allons sortir un « Book » avec les coordonnées de 10 000 anciens élèves. Ce travail sur le prestige de l’école et le développement de son réseau est mené, entre autres, avec le président d’honneur du programme, Julien Noble, diplômé en 2007 et aujourd’hui vice-président marketing chez Warner Bros. Entertainment à Los Angeles.

IN I À QUELS ENJEUX OU TENDANCES D’AVENIR DU SECTEUR DE LA COMMUNICATION DEVRONT REPONDRE VOS FORMATIONS ?

AFS Avec le digital et les réseaux sociaux, les techniques de communication semblent à la portée de tout le monde. Même si ce secteur compte de nombreux indépendants, le marché a encore besoin de professionnels, bien formés et expérimentés, pour concevoir des stratégies efficaces et durables chez les annonceurs, en agence et dans les collectivités. Ce sont eux qui seront le mieux à même d’aider les marques à communiquer sur leurs valeurs, leur raison d’être et leur politique RSE, de répondre aux attentes d’empathie et aux nouvelles formes de solidarité. Un autre axe très porteur est celui du design thinking, du marketing de la relation client et de la performance pour dessiner des stratégies plus concrètes, aux résultats plus ou moins immédiats mais chiffrables. Ceux qui vont gagner ou maintenir des parts de marché dans les prochains mois seront soit des cadors ultra spécialistes, soit ceux qui intègrent dans leur offre des idées de communication et des idées business.

La rédaction

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia