21 octobre 2009

Temps de lecture : 1 min

Je consomme, moi non plus

Pas un jour ne passe sans que les Français ne soient étudiés au microscope et passés à la moulinette par les agences, instituts d'étude et autres prospectivistes: « Portrait du consommateur de l'après-crise » (1), « changement de modèle ? » (2), « Sortie de crise : vers l'émergence de nouveaux modèles de croissance ? » (3) ... Et ce qu'on y apprend n'est guère réjouissant pour les marques!

 Pas un jour ne passe sans que les Français ne soient étudiés au microscope et passés à la moulinette par les agences, instituts d’étude et autres prospectivistes: « Portrait du consommateur de l’après-crise » (1), « changement de modèle ? » (2), « Sortie de crise : vers l’émergence de nouveaux modèles de croissance ? » (3) …  Et ce qu’on y apprend n’est guère réjouissant pour les marques!

Quelques exemples :

– Les consommateurs ont de moins en moins envie de dépenser et de faire leurs courses
– Ils sont de moins en moins fidèles aux marques et notamment aux grandes marques
– Ils sont de plus en plus indifférents à la pub et l’apprécient de moins en moins
– Ils veulent qu’on leur parle autrement : plus de respect, plus de proximité, moins de discours prix
– Ils veulent consommer mieux
– Ils se posent de plus en plus de questions : « ai-je vraiment besoin de ce produit », « pourrais-je trouver l’équivalent moins cher »…

Pire encore, ils se perçoivent comme les principales victimes de la Crise. Une crise, qui pour 62% d’entre eux, égale pauvreté et déclassement (1).
Moins de plaisir, moins de désir et plus de peur… Seul espoir dans tout ça : les Français pensent avoir un rôle central dans la sortie de crise. A condition d’inventer un nouveau demain. Un demain où les marques écouteront les consommateurs, où les entreprises prendront en compte les désirs des salariés, et les politiques les rêves des électeurs….  Peut-être cela arrivera t-il après la Crise de 2045…

Retrouvez l’étude ici:  publicité-societé-Australie-2009.pdf

(1) étude internationale réalisée par Euro RSCG C & O /Harris Interactive en mai 2009 auprès de 2400 personnes – 800 par pays- représentatives de la population

(2)   étude annuelle Australie/ TNS Sofres Publicité et Société
http://www.australie.com/

(3) rapport remis à Nathalie Kosciusko-Morizet, Secrétaire d’État chargée de la Prospective et du Développement de l’économie numérique, par René Sève, directeur général du Centre d’analyse stratégique.  

 

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

05/11/2021
« Expecto Patronum »*

« Me(sh)ta vu ça? »** (Pardon je n’ai pu résister…). Après Facebook – pardon Meta – la semaine dernière, c’est Microsoft qui…

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia