18 novembre 2013

Temps de lecture : 2 min

Consommation collaborative : la confiance existe encore

La consommation collaborative a le vent en poupe. D'après l'Observatoire de la Confiance TNS Sofres / Le Groupe La Poste, ce mode de consommation fait des émules auprès d'une large majorité de Français. Partage, confiance, bons plans... Tels sont les maîtres-mots de ce nouveau phénomène.

Chez INfluencia nous le disons déjà depuis un bout de temps, la consommation collaborative est en train de tranquillement s’installer dans les foyers. Effet de la Crise ou lassitude d’une société de consommation omniprésente dans le quotidien du consommateur, la  » Sharing Economy  » est en progression constante.

Qu’il s’agisse de revendre des objets, d’acheter en direct, d’occasions, de pratiquer le covoiturage, l’autopartage, le troc, la colocation…. la consommation collaborative n’est plus un microphénomène mais une nouvelle économie : 48% des Français la pratiquent régulièrement, 32% disent vouloir s’y mettre quand 20% seulement y semblent réfractaires. Au total ce sont 8 Français sur 10 qui pratiquent ou ont l’intention d’utiliser cette nouvelle façon de consommer. L’Observatoire de la Confiance TNS Sofres / Le Groupe La Poste parcourent ci dessous une nouvelle vision de la consommation et des rapports humains…

Raphaël Legrand

La consommation collaborative : une façon de retrouver la confiance

A l’heure où l’on parle de notre société comme d’ « une société de défiance », 59% des Français disent avoir confiance dans les échanges entre particuliers et ce taux atteint même les 78% pour les pratiquants occasionnels ou réguliers. Au-delà, si la confiance dans l’avenir reste à un niveau très faible, il est notable que les Français qui pratiquent la consommation collaborative se montrent plus confiants et optimistes.

– confiance dans l’avenir +8 points, à 46%

– confiance dans l’avenir des générations futures +8, à 36%

– confiance dans la capacité des Français à être solidaires entre eux +17, à 37%

– confiance dans la reprise économique +11 points, à 37%

On le voit, la confiance n’a donc pas disparu de notre société, et ne se cantonne pas à la sphère privée. Elle se réinvente et se distribue autrement.

La consommation collaborative : des mutations importantes et une tendance lourde

51% des adeptes de la consommation collaborative comptent la pratiquer davantage, 41% autant, 8% seulement moins. 74% des adeptes de la consommation collaborative estiment que leurs changements de comportements seront durables, 59% qu’ils pourront représenter à l’avenir un poids important dans leurs achats et 66% un poids important dans l’économie en général.

Ce sont d’abord des considérations relatives au pouvoir d’achat qui les y poussent : payer moins cher (63% de citations) ou trouver des « bons plans » et bonnes affaires (55%). Mais les personnes qui pratiquent régulièrement la consommation collaborative mentionnent également des motivations touchant explicitement au caractère alternatif de ce mode de consommation : la possibilité de faire durer les objets, de leur donner une seconde vie (38%), le fait que ce modèle de consommation soit meilleur pour la société (28%) ou même le seul attrait pour un modèle différent (18%). Une aspiration, de plus en plus sensible du consommateur, à ne pas forcément consommer moins mais consommer mieux.

Certains éléments très pratiques peuvent toutefois freiner ces nouveaux types de consommateurs : le manque de garanties et SAV (59% de citations) ou l’absence de sécurisation des transactions financières (48%). Des lacunes logistiques sont également évoquées, notamment le manque de praticité pour récupérer les produits achetés à distance (29%) ou la complexité pour les vendre à distance (14%).

Des freins donc, mais autant d’opportunités aussi pour de nouveaux acteurs ou de nouveaux services à imaginer pour les acteurs institutionnels qui peuvent retrouver là une forme de légitimité face à l’émergence très rapide de ces pratiques qui, pour l’instant, les contournent.
 

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia