25 mars 2014

Temps de lecture : 6 min

Communiqué Adobe : La créativité hors des murs

La soirée « CreateNow – New Creative Meet Up », qui s’est déroulée à la Gaité Lyrique à Paris le 20 mars dernier, a été l’occasion de célébrer ces nouveaux créatifs qui n’hésitent plus à repousser les limites de leur art en détournant les disciplines. Une série de conférences, la démonstration pour la première fois en Europe de Mighty et de Napoleon, une creative jam audacieuse ont permis à tous les participants de partager leur passion, à la Gaité et sur le live Internet… Prochaine étape : Londres, Stockholm ou Berlin, car l’événement New Creative Meet Up fait ses valises et part à la rencontre des créatifs à travers les plus grandes villes.

La soirée « CreateNow – New Creative Meet Up », qui s’est déroulée à la Gaité Lyrique à Paris le 20 mars dernier, a été l’occasion de célébrer ces nouveaux créatifs qui n’hésitent plus à repousser les limites de leur art en détournant les disciplines. Une série de conférences, la démonstration pour la première fois en Europe de Mighty et de Napoleon, une creative jam audacieuse ont permis à tous les participants de partager leur passion, à la Gaité et sur le live Internet… Prochaine étape : Londres, Stockholm ou Berlin, car l’événement New Creative Meet Up fait ses valises et part à la rencontre des créatifs à travers les plus grandes villes.

Ils étaient tous là, les photographes, les réalisateurs, les motion designers, les DA, les sound designers ou encore les illustrateurs, réunis par un goût commun pour la transgression des genres et des disciplines. Le « New Creative » est un artiste qui sait transformer son métier pour s’intéresser et absorber d’autres disciplines et enrichir sa créativité. Il est souvent ultra connecté, à l’affut des nouvelles tendances et des nouvelles techniques. Il aime à partager son travail et son expérience avec les autres pour nourrir son inspiration.

Des créatifs qui croisent les disciplines

Premier temps fort de cette soirée, la keynote de Michael Chaize et Rufus Deuchler, avec la démonstration pour la première fois en Europe de Mighty et de Napoleon. Ce stylet et cette règle ont été conçus par Adobe pour accompagner les créatifs dans la transformation de leur métier. Pendant que sur scène Michael Chaize finissait de dessiner une tasse sur tablette, Rufus Deuchler s’appropriait le modèle pour appliquer des textures sous Photoshop, préparer son impression 3D et… sculpter la tasse qu’ils venaient tout juste de créer. « Le designer d’interface, l’illustrateur, le DA se transforment en designer d’objet », résume Michael Chaize devant un public conquis.

Nos deux nouveaux designers d’objet du jour cédaient ensuite la place à quatre créatifs qui n’ont pas attendu cette tendance pour pousser leur métier et leur art dans leurs retranchements. Leur point commun ? L’envie d’aller au-delà de leur discipline, d’exprimer leur créativité comme bon leur semble et de s’affranchir des outils en utilisant sans complexe ceux dont ils ont besoin. Ils peuvent ainsi passer du design d’une expérience utilisateur interactive pour Smartphone au design d’objet ; de la scénographie à la réalisation d’effets spéciaux ; de la photographie à la réalisation ; de l’illustration au branding de lieux et des marques… la créativité est polymorphe, la tendance est au métissage et ces créatifs n’hésitent plus à bousculer les codes.

Adobe accompagne ce vent d’innovation en mettant à disposition tous les outils dont les new creatives ont besoin pour redresser une perspective, placer des caméras sur un scène, dessiner un objet point par point avant de préparer son impression en 3D, ou encore partager ses connaissances et ses travaux.

Innover pour repousser les limites

Deux axes forts prédominent : le soutien à la communauté créative en lui permettant d’échanger plus facilement, le soutien à l’innovation en fournissant aux créatifs les outils leur permettant de repousser les frontières de leur art. Le besoin est là : plus de 5 millions de projets à travers 172 pays, plus de 63 millions d’images et plus de 79 millions d’appréciation ont été échangés sur la plateforme Behance.net. La communauté créative joue son rôle inspirationnel et s’affirme comme le meilleur baromètre des tendances actuelles.

Sur le « Creative Cloud », Adobe met à disposition des artistes numériques des outils couvrant le Digital Publishing, le Design interactif, la retouche photo, le design graphique, l’animation vectorielle, le motion design, … Surtout, la vision d’Adobe porte sur la transversalité des solutions pour permettre à un designer d’interface de créer des objet, un retoucheur photo d’étalonner des films, un DA Print de créer intuitivement des maquettes de sites web ou de magazines digitaux. Ce sont ainsi plus de 500 000 sites web qui ont été créés avec Muse depuis son lancement.

Cette souplesse d’action et de création, 9 équipes sont venues la démontrer dans une Creative Jam audacieuse. Avec pour thème une phrase de Gaston Bachelard, « le noir est le refuge de la couleur », cette battle a vu s’affronter des professionnels comme les agences The Twelve, Disko et Aliens & Co, des indépendants comme Shoobaka, Superslick, Cabaroc et Marx, les motions designers de Vente Privée, ainsi que des étudiants des Gobelins, l’école de l’image, et de l’Ecole Multimédia. Et pour cette seconde édition de la Creative Jam, les gagnants sont :

Les New Creatives bousculent les genres

Ils sont photographes, motion designer, artiste et performeur, graphic designer et illustrateur, ou encore directeur artistique. Jean-Yves Lemoigne, Laurent-Paul Robert, Nairone ou encore Kook Ewo sont venus partager leurs expériences et raconter comment ils transforment chaque jour leur métier.

Jean-Yves Lemoigne est un photographe issu de la publicité et reconnu par ses pairs. Sollicité par les agences de communication de Paris, Londres, New York, Amsterdam ou encore Sydney, il collabore régulièrement avec la presse, Le Monde 2, Technikart Mademoiselle, WAD ou encore Black Rainbow. Alors que la photographie vit un tournant, il revendique une approche de la photographie en mouvement, entre l’image fixe et la vidéo. « J’avais envie de faire quelque chose entre le film et la photo. On a créé avec des graphistes des photoloops. C’est un travail excitant car il oblige à retravailler la caméra, la lumière continue, la postproduction. » L’avenir, Jean-Yves Lemoigne le voit dans la réinvention du métier de photographe, cosmopolite et aux confins des autres disciplines que sont la réalisation ou la direction artistique. « Avec des outils comme le Creative Cloud, la création devient encore plus transversale. Le photographe accède à Premiere Pro et After Effect, le réalisateur touche à Lightroom, le DA passe du Print au design d’interfaces interactives. Il faut prendre des risques : peu importe les outils, c’est la créativité qui compte ».

La créativité au-delà des disciplines

Le parcours de Laurent-Paul Robert est un parfait exemple de cette tendance. Créatif polymorphe, artiste, réalisateur, photographe, musicien, performeur, Laurent-Paul Robert est inclassable, se joue des genres et des étiquettes, multiplie les collaborations avec les plus grands, d’Arthur C. Clarke à Moebius et Philippe Druillet. Fondateur du studio Rubedo, Laurent-Paul Robert explore les relations entre l’esthétique, les formes géométriques complexes et l’acoustique. En revenant sur son parcours, depuis le street art jusqu’à la modélisation et les effets spéciaux, Laurent-Paul Robert montre que la créativité, quel que soit le support à des fondamentaux communs et s’inscrit dans une continuité. Le savoir-faire multidisciplinaire que Laurent-Paul Robert a acquis a été une remise en cause créative, une acquisition constante des techniques et une curiosité insatiable pour la création, sans limite de support et de genre.

Ces conférences ont également mis l’accent sur un autre constant : les « news creatives » ne sont pas l’apanage d’une jeune génération de créatifs frais issus des bancs de l’école. Ils traversent les générations, et sont davantage l’expression d’un état d’esprit créatif, d’une volonté de créer dans ce nouveau monde numérique en s’affranchissant des barrières.

Un état d’esprit plutôt qu’un style

Deux autres « jeunes créatifs » sont ainsi venus conclure cette série de conférences. Kook Ewo, motion designer, est revenu sur son travail et la spécificité du motion design. Discipline aux confins de l’animation, de la photographie et de la vidéo, le motion design concentre cette vision de création transverse. Nairone, jeune illustrateur qui s’est fait connaître pour sens de l’esthétisme et de la typographie, est revenu sur son expérience : illustrateur et web designer, il est contacté pour rebrander un restaurant avant d’être contacté par une agence parisienne pour aménager leurs locaux.

Pour regarder les Portofolio Reviews des artistes, c’est ici

Une battle haute en couleur

Pour cette seconde édition de la Creative Jam, neuf équipes se sont affrontées pour créer l’animation, le visuel ou l’application la plus originale, la plus esthétique et séduisante. Le thème imposé est cette phrase de Gaston Bachelard : « Le noir est le refuge de la couleur ». Et vous, quelle œuvre pourriez-vous créer en 3 heures ?

Les agences The Twelve, Disko et Aliens & Co, l’école des Gobelins, l’Ecole Multimédia, Cabaroc et Marx, Shoobaka et Superslick, Vente privée ont relevé le défi : imaginer une animation, un visuel, une application inspirée de cette phrase, en 3 heures seulement, à partir de visuels Fotolia et de leur créativité. Passé les premiers moments de tension, d’incrédulité également sur le sens de cette phrase, nos créatifs se sont attelés à la tâche, se répartissant les rôles pour réussir à donner le meilleur d’eux-mêmes.

Petite nouveauté pour cette nouvelle « Creative Jam », des étudiants sont venus se confronter à des professionnels aguerris. Il fallait une certaine audace, quatre étudiants, issus des Gobelins l’école de l’image et de l’Ecole Multimédia, ont rempli le contrat en délivrant des projets ambitieux et inspirés. Au terme de 3 heures aussi intenses que créatives, cette nouvelle « Creative Jam » a une fois de plus rempli ses promesses avec des projets en motion design, en illustration ainsi qu’une application aussi originale que séduisante.

Cette soirée Create Now était décidément la soirée des premières fois. Car pour la première fois également, le public présent a pu voter pour la création la plus originale. Dans la catégorie Vote du public, ce fût le duo Shoobaka et Superslick qui a été récompensé pour son animation en motion design. Bravo à eux et à tous les participants pour leurs œuvres toutes très réussies et très différentes.

Les gagnants de la « Creative Jam » sont :

Meilleur Visual Design : DISKO
Prix du public : DISKO
Meilleur Motion Design : Shoobaka & Superslick

Pour regarder les interviews des creative jamer, c’est ici

Retrouvez le making-of :

La rédaction

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia