8 décembre 2010

Temps de lecture : 2 min

Communication responsable: échanger les bonnes pratiques

Les annonceurs s’engagent de plus en plus sur la communication responsable, comme le montrent les actions des signataires* de la Charte de l’UDA, et le bilan 2010 qui sera présenté le 10 décembre prochain.

Les annonceurs s’engagent de plus en plus sur la communication responsable, comme le montrent les actions des signataires* de la Charte de l’UDA, et le bilan 2010 qui sera présenté le 10 décembre prochain.

En 2007 le comité de pilotage Développement durable de l’UDA élaborait une Charte d’engagements des annonceurs pour une communication responsable, autour de 5 engagements: bâtir un code de communication responsable et y inscrire l’ensemble de ses prises de parole externes; inciter les publics à des comportements responsables; utiliser avec loyauté les données privées sur ses clients finaux dans sa démarche marketing et commerciale; engager un process interne permettant de valider les communications avant leur diffusion externe ; et intégrer l’impact environnemental dans les critères de choix des supports de communication.

Trois ans plus tard, le bilan est positif. L’UDA et Ethicity avec le soutien de l’ADEME ont décidé de développer et d’ouvrir la plateforme internet d’échanges de bonnes pratiques jusque là réservée aux signataires de cette Charte. En 2011, sa consultation sera publique et des bonnes pratiques de communication responsable pourront être soumises non seulement par l’ensemble des adhérents de l’UDA, mais aussi par des membres d’autres organismes ou « communautés » constituées autour des principes du développement durable.

L’objectif : être un lieu de partage des processus de mise en oeuvre de la communication responsable par des annonceurs. Une communication considérée de plus en plus stratégique pour les entreprises, comme le montrent les résultats du bilan 2010 qui sera présenté le 10 décembre, devant un public composé d’annonceurs, de professionnels de la communication et du développement durable, de représentants des associations professionnelles, d’ONG et de journalistes.

Les bonnes nouvelles sont nombreuses. Tout d’abord, contrairement à 2007 et dans la continuité de 2009, les actions de réduction d’impact environnemental ne touchent plus seulement des campagnes pilotes mais sont applicables à la grande majorité des campagnes hors-médias.

Ensuite, on constate l’existence d’une charte de marketing et de communication responsables pour 93 % des signataires (contre 75 % en 2009). Enfin, les signataires prennent désormais de plus en plus en compte l’impact environnemental de leurs communications: 48 % en 2010, contre seulement 26 % en 2009. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Un vrai volontarisme de la part des entreprises.

Alexandre Chomley

* Abbott Products SAS, Accor, Auchan, Bacardi-Martini, Bayer CropScience, Beiersdorf France SA, Bel, Blédina, Bouygues Telecom, Carglass, Carrefour, CNP Assurances, Coca-Cola France et Coca-Cola Entreprise, Danone Eaux France, Danone Produits frais France, Eco-Emballages, Expanscience, La Française des jeux, France Telecom Orange, Kellogg’s, Kraft Foods France, Groupe L’Oréal, Lesieur, Mars France, Michelin, Nestlé France, Orangina Schweppes, Pernod Ricard, Pfizer, PMU, Procter & Gamble France SAS, Proléa, PSA Peugeot Citroën, Renault, Sanofi-Aventis, Sara Lee, SFR, SNCF, Unilever, Yves Rocher

 

La rédaction

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia