9 novembre 2016

Temps de lecture : 1 min

Communicants, réveillez-vous…

« On s’est tous trumpés », ironisaient les réseaux sociaux ce matin. Car il faut bien essayer de sourire face à aux résultats des élections américaines. « Je me presse de rire de tout avant d'être obligé d'en pleurer », faisait dire Beaumarchais à Figaro dans Le Barbier de Séville.

« On s’est tous trumpés », ironisaient les réseaux sociaux ce matin. Car il faut bien essayer de sourire face à aux résultats des élections américaines. « Je me presse de rire de tout avant d’être obligé d’en pleurer », faisait dire Beaumarchais à Figaro dans Le Barbier de Séville.

On s’est tous trompés en effet. En premier, les instituts de sondage, qui prédisaient la victoire de Hilary, comme ils avaient annoncé le succès du « non » au Brexit de l’autre côté de la Manche. En second, les médias, qui ont joué la politique de l’autruche, laissant Donald Trump jouer avec habilité avec les réseaux sociaux. En troisième, les professionnels de la communication politique, qui, comme les politiciens et l’establishment, ont perdu tout contact avec la réalité. Mais comment ont-ils pu imaginer que le soutien samedi dernier de Katy Perry, Beyoncé ou Jay Z allait suffire à séduire et faire changer d’avis à la dernière minute les Américains mécontents et écœurés de la politique ?

La leçon sera-t-elle entendue par nos hommes politiques en France ? Il reste encore cinq mois pour qu’ils se réveillent et qu’on évite le pire. Et si les publicitaires et les communicants de tous poils se mettaient enfin en marche pour les y aider ? C’est leur rôle. Mieux encore, c’est leur devoir. Pour convaincre nos candidats à la présidentielle que les vrais problèmes doivent être abordés. Pour que les pains au chocolat et assiettes de frites ne soient plus les trend topics du jour. Pour que les citoyens n’aient plus l’impression de ne pas être écoutés. Pour qu’ils aillent voter les 23 avril et 7 mai prochains.

 

Musnik Isabelle

À lire aussi sur le même thème

10/09/2021
Peur sur la ville

Non je ne vais pas vous parler de Bébel, mais de Xavier. Xavier, c’est le nom de ce robot déployé pendant trois…

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia