11 septembre 2013

Temps de lecture : 1 min

Au commencement était la conversation

« Une heure de conversation vaut mieux que 50 lettres ». Madame de Sévigné, pourtant grande prêtresse du genre épistolaire, le savait bien: de tout temps la conversation a fait avancer le monde. Elle a été le garant de nos démocraties. Que ce soit à la Renaissance, où elle a permis de ne plus limiter la culture aux seuls religieux, ou au XVIIIè siècle, où l'on brassait toutes sortes d'idées dans les salons.

Trois siècles plus tard, on a souvent l’impression que ces beaux principes ont été oubliés. A l’heure où le buzz, la rumeur, le spectaculaire règnent en maitre dans notre vie réelle et digitale, la conversation est-elle encore réellement synonyme d’échanges et de tolérance? Et si l’on réhumanisait les liens? C’est le thème du Hors Série d’INfluencia réalisé avec Entrecom qui sort cette semaine en librairie.

L’auteur et scénariste Jean-Claude Carrière, les philosophe François Flahaut et Stéphane Pujol, le mathématicien et lauréat de la Médaille Fields Cédric Villani, le sociologue François Dupuy, le président de Laser Philippe Lemoine, le délégué général de la FING Daniel Kaplan, les fondatrices de My Little Paris et bien d’autres y racontent leur vision de la conversation. Une conversation à la fois ciment de la vie privée, sociale et professionnelle, et moteur de la création et de l’innovation.

Michel de Montaigne* écrivait dans ses Essais: « Nous ne sommes hommes et nous ne tenons aux autres que par la parole… »

  Isabelle Musnik
*Michel de Montaigne, Essais, Livre I, chap. IX, « Des menteurs»

Le Hors Série INfluencia sur la conversation avec Entrecom

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia