10 août 2021

Temps de lecture : 3 min

«Le télétravail a permis, durant la pandémie, de sauver 250.000 emplois en France». Charlotte Nizieux (Zoom France)

Charlotte Nizieux est la directrice du marketing de Zoom France. Arrivée il y a 8 mois au sein du groupe californien, cette ancienne étudiante de HEC revient sur l’année extraordinaire que la plateforme de visioconférence a connu et elle nous explique les évolutions que le marché des télécoms devrait connaître dans les années à venir.

INfluencia : après une année 2020 sans précédent, comment a débuté 2021 pour votre entreprise ?

Charlotte Nizieux : l’hybridation au travail devient la norme et les entreprises s’équipent de plus en plus pour pouvoir répondre à toutes les situations et permettre à leurs collaborateurs de travailler de n’importe quel endroit. La visioconférence est entrée dans le quotidien des salariés. L’an dernier, notre chiffre d’affaires a bondi de 336% à 2,6 milliards d’euros et cette année au premier trimestre, nos revenus ont progressé de 191%, à 956,2 millions d’euros. Même si nous ne publions pas de chiffres par pays, je peux vous dire que nous enregistrons en France des taux de croissance équivalents à ceux du reste du monde. Nous ne cessons d’ailleurs de renforcer nos équipes locales. Nous sommes aujourd’hui une petite quarantaine de salariés dans l’hexagone, soit plus du double qu’il y a un an…

IN : durant la crise sanitaire, nous avons utilisé plusieurs plateformes de visioconférence comme Zoom, Teams ou Meet. Les sociétés vont-elles utiliser moins de services différents à l’avenir ?

C.N. : la tendance actuelle tend sans aucun doute vers une certaine rationalisation. Les entreprises veulent profiter d’une gamme de services complet au meilleur prix et elles souhaitent que les produits qu’elles utilisent soit parfaitement sécurisés. Il est donc très important pour une société comme la nôtre de ne pas proposer uniquement des vidéoconférences. Il est impératif de se diversifier et nous l’avons fait ces derniers mois en lançant Zoom Events, Zoom App et Zoom Phone. Les appels qui passent par nos plateformes sont chiffrés et sécurisés de bout en bout et ils sont d’une excellente qualité audio et vidéo. Nous allons continuer à travailler pour que toutes les solutions que nous proposons soient parfaitement intégrées les unes aux autres. Nous allons aussi proposer de plus en plus de services. Nous avons ainsi récemment fait l’acquisition de la start-up allemande Kites qui développe des solutions de traduction automatique en temps réel. Bientôt, l’IA permettra à des interlocuteurs qui parlent des langues différentes de converser et de se comprendre lors de visioconférence. Notre objectif est de faciliter les interactions au travail et d’assurer la continuité du business dans ce monde nouveau où certains salariés seront présents au bureau alors que d’autres feront du télétravail.

IN : le télétravail va t-il continuer à se développer lorsque le Covid-19 aura disparu ?

C.N. : selon une étude de BCG, le travail à distance durant la pandémie a permis de sauver 250.000 emplois en France. Sans lui, le PIB du pays aurait reculé de 86 milliards de dollars. Chez Zoom, nous pensons que nous nous dirigeons vers un modèle hybride. Les rencontres en présentiel resteront irremplaçables. Les moments d’échanges humains et les réunions de brainstorming sont très précieux. Je travaille depuis presque vingt ans pour des entreprises américaines. Le travail à distance, je connais. Je n’ai encore jamais rencontré physiquement mes collègues de . Mais même je sais qu’il est possible de créer des relations avec ses collaborateurs virtuellement, je peux vous dire que nous sommes tous très impatients de pouvoir trinquer ensemble autour d’un verre.

IN : nous sommes de plus en plus nombreux à utiliser le web pour téléphoner et assister à des visioconférences. Cette tendance annonce-t-elle la disparition des opérateurs traditionnels de téléphonie ?

C.N. : le fixe va nous suivre partout, sur nos smartphones et nos ordinateurs. Les gens pourront vous appeler sur votre numéro de fixe et vous leur répondrez de votre portable ou de votre PC ou Mac. En matière de téléphonie et de visioconférence, la tendance actuelle est à la rationalisation pour des questions de gestion administrative, de sécurité et de coût. Les entreprises sont les premières à franchir ce pas. Les particuliers sont encore plus réticents à changer d’opérateurs. C’est un problème avant tout culturel mais il ne fait aucun doute que la visio et les appels vocaux resteront très complémentaires. Au travail, la visioconférence va continuer à se généraliser. Durant la crise sanitaire, ces réunions en ligne étaient le seul moment où les collaborateurs pouvaient se voir. Aujourd’hui même si la situation sanitaire s’améliore peu à peu et que la plupart des salariés peuvent retourner au bureau, on constate que l’utilisation de la visioconférence ne cesse de progresser car ce service est entré dans les mœurs des travailleurs. Les sociétés continuent de s’équiper car elles ont constaté, durant la crise, que leurs employés étaient plus productifs lorsqu’ils se parlaient tout en se voyant à distance. Même les managers les plus réfractaires à ces nouvelles technologies commencent à sauter le pas.

Frédéric Thérin

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia