30 août 2012

Temps de lecture : 2 min

Chapul: un grillon au petit dej’?

Si 80% de la population mondiale se délecte d’insectes pour se nourrir, en Europe et aux Etats-Unis, ils continuent de révulser les papilles. Pour Chapul, première barre énergétique au monde à base de farine de grillon, remédier à cette aversion constitue une véritable révolution écologique.

Chaque révolution puise ses racines dans l’histoire. Celle de Pat Crowley remonte à l’empire aztèque, au 14e siècle. Dans l’art culinaire de la dernière civilisation préhispanique mexicaine, ce natif de l’Arizona a trouvé l’inspiration de sa révolution écologique et alimentaire. Son nom ? Chapul , « grillon » en aztèque. Son arme inédite pour lutter contre la sécheresse des rivières ? Une barre protéinée faite avec de la farine de grillons grillés.

Depuis le printemps 2012, après une levée de fonds (quelque 14 000 euros) réussie sur Kickstarter,  cette première mondiale est devenue un social business reversant 10% de ses profits à des projets de protection des ressources d’eau douce.

« Notre consommation de viande assèche gravement la planète. Aujourd’hui, la rivière Colorado, qui est l’âme environnementale de toute une région, ne rejoint même plus la mer. Pourquoi ? Parce que l’agriculture intensive représente 70 à parfois 90 % de la consommation mondiale d’eau et que la production industrielle de bétail en est responsable à 70% », explique à INfluencia le fondateur de Chapul, natif de l’Arizona et guide de rivières dans l’Utah, aux Etats-Unis.

Les ressources d’eau douce ne sont pas illimitées et c’est en cherchant un moyen d’en réduire l’ « utilisation humaine destructrice » que Pat Crowley a eu l’idée début 2011, de créer ces barres énergétiques un peu spéciales. « Le changement doit passer par notre alimentation et arrêter de développer notre civilisation sur la diminution de ressources naturelles qui, dans 50 ou 100 ans ne seront plus là. Avec Chapul on essaye d’apporter une option alimentaire alternative moins destructrice. On espère soutenir et inspirer la création d’un mode de vie plus durable », poursuit Crowley, persuadé que « de plus en plus de jeunes sont concernés par l’agriculture organique et locale et l’intérêt de mieux se nourrir. »

Explications de Pat Crowley : cliquez sur l’image pour visualiser la vidéo

Testées pour la première fois par le public en mai dernier lors de la 26e foire annuelle aux insectes du Musée d’Histoire naturelle de Los Angeles les deux barres énergétiques (saveurs chocolat et coco-gingembre) sont pour l’instant uniquement vendues sur le site Web de Chapul, dans l’attente de distributeurs. Le chemin pour amener les insectes dans nos estomacs sera long, Pat Crowley le sait. Unique salarié de son entreprise sociale, l’aventurier et pionnier de Salt Lake City compte sur la page Facebook de Chapul pour construire une communauté de « révolutionnaires passionnées et engagés. »

Avec ses deux premières recettes, concoctées par un chef et  approuvées par l’Agence fédérale américaine des produits alimentaires et médicamenteux, Chapul entend poser les bases de son ambitieux changement. Pour appuyer son combat, Pat Crowley peut arguer qu’en 2004 déjà, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture défendait « la valeur nutritionnelle et économique des insectes comestibles, trop souvent négligée et dont nous devrions encourager davantage la collecte et la commercialisation, étant donné les bénéfices pour l’environnement et la santé humaine ». Bon appétit…

Benjamin Adler

La rédaction

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia