9 janvier 2017

Temps de lecture : 2 min

CES 2017 : l’agréable et l’utile

N’en déplaise à Blaise Pascal et à ses sages adages, l’homme est toujours esclave du divertissement… De plus en plus même, si l’on en croit le CES 2017, ses stands et ses keynotes. Mais ce qu’ils nous disent également est que cet esprit ludique doit être connu, contrôlé, monitoré, afin que chacun puisse trouver son plaisir optimal… Au risque d’y perdre son bonheur ?

N’en déplaise à Blaise Pascal et à ses sages adages, l’homme est toujours esclave du divertissement… De plus en plus même, si l’on en croit le CES 2017, ses stands et ses keynotes. Mais ce qu’ils nous disent également est que cet esprit ludique doit être connu, contrôlé, monitoré, afin que chacun puisse trouver son plaisir optimal… Au risque d’y perdre son bonheur ?

Le e-sport était attendu au tournant des nouveaux enjeux du sport. Les jeux vidéos également. Ils n’ont pas déçu, avec notamment de nouvelles expériences en VR disponibles sur le (magnifique) stand d’Intel, et une présence quasi constante dans de nombreuses conférences. Le jeu vidéo de haut niveau, la compétition qu’il implique ainsi que les enjeux qu’il couvre sont donc clairement devenus une discipline à part entière que nul ne peut omettre en tant que fait sociétal contemporain majeur.

Mais le jeu ne se cantonne pas simplement à un écran ni même à un casque, au CES. Drones et robots pilotés par un smartphone ou une télécommande dédiée sont également capables de transformer n’importe quel terrain de jeu en une map unique, où plusieurs compétiteurs peuvent s’affronter, comme c’était par exemple le cas sur le stand de Mekamon.

Enfin, moins virtuel, mais d’un intérêt ludique certain, pour autant que l’on considère le défi comme un jeu, toutes les applications et tous les objets connectés de tracking sportif qui vont coacher le client aussitôt qu’ils ont recueillis assez de données sur leur propriétaire. Ainsi, ses efforts soient toujours agréables, mais toujours ancrés dans une dynamique de succès.

Mais pas à tout prix…

C’est là notamment le pari d’Under Armour, et de son écosystème d’applications conçues pour tracker les athlètes dans le monde entier… Mais là où la plupart des autres trackers sportifs vont constamment pousser à dépasser la performance de la veille, Under Armour prend en compte la santé du sportif, et préfère lui conseiller de lever le pied un jour, pour tout donner le lendemain, offrant ainsi une prestation de coaching dont la philosophie pourrait presque se rapprocher de l’épicurisme : savoir économiser son plaisir pour en jouir le plus possible.

Plus intéressant encore dans l’industrie du jeu… Si de nombreuses marques classiques s’y adonnent ou s’y réfugient, parfois à corps perdu, d’autres font le chemin inverse, et se servent de leur excellence technologique, de storytelling et de la puissance de leur marque auprès de leurs adeptes pour investir de nouveaux marchés. Ainsi, alors que la rumeur enflait à ce sujet, la marque de cartes graphiques et de consoles NVIDIA, bien connue de tous les gamers a annoncé que, d’ici 2020, elle concevrait en partenariat avec Audi comme BMW, une voiture totalement autonome, dont le système de reconnaissance visuelle unique, intégrerait du « machine learning » permettant à l’automobile de constituer une cartographie en temps réel, quand tous les autres acteurs du secteur détectent simplement leur environnement en temps réel, pour le calquer sur une cartographie déjà embarquée.

Gaspy François-Xavier

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia