27 juin 2012

Temps de lecture : 7 min

CAMPUS TF1 4ème édition / dédiée aux contenus

Mercredi 20 juin dernier se tenait le 4ème Campus TF1. L’objectif des Campus TF1 est de partager des réflexions pour mieux appréhender les évolutions du monde des medias et de la communication, de plus en plus complexe... Les Campus sont un lieu d’échange de tous les acteurs du marché publicitaire autour de 3 axes structurants nos métiers : les contenus et les marques qui y sont associées, l’innovation et les nouveaux territoires d’expression pour les marques; enfin l’efficacité sous toutes ses formes et la mesure de l’apport de la communication pour les marques.

Ce Campus s’articule autour de 2 thèmes :

+ Les contenus et notamment les formats

+ L’association contenus / marques

Bertrand Villegas – The Wit :  « La tendance contenus de la saison, c’est l’esprit de partage. »

Le partage, au sens Facebook du terme : share ! L’esprit des réseaux sociaux inspire la création, la production et la commercialisation des contenus. Le partage, c’est valoriser la communauté. De nouveaux programmes dans tous les genres (docu-réalité, coaching, concours de talent, dating shows…) mettent en scène l’échange peer to peer, de pair à pair, et remplacent l’avis des experts par des pairs, les supernannys par les voisins.

Le partage, c’est aussi partager le financement des programmes. Les diffuseurs partagent leur contenu avec des annonceurs sur l’écran de télé et sur le second écran. Le partage, ce sont enfin les réseaux sociaux qui peuvent élargir l’audience des contenus et apporter aux programmes une valeur supplémentaire pour les annonceurs.

Amandine Cassi – Eurodata TV

En 2011, la durée d’écoute mondiale moyenne atteignait 3 heures et 16 minutes par jour et par personne, affichant une progression de 6 minutes par rapport à 2010. Cette consommation croissante de la télévision est entre autre portée par la fiction qui, en 2011, représentait plus de 40% des palmarès internationaux, dont une très large majorité de séries.

La fiction est également au cœur du renouvellement des grilles internationales, se partageant entre imports et production locale. Les séries américaines sont toujours les plus exportées et les plus regardées dans le monde. Ainsi, le total mondial de la meilleure performance de la série CSI (Les Experts) cumule plus de 63 millions de téléspectateurs, tandis que Desperate Housewives culmine à près de 41 millions.

Néanmoins, si la première décennie du 21ème siècle a été marquée par la montée en puissance des séries américaines, la deuxième voit le retour en force des fictions locales dans de nombreux pays. C’est notamment le cas au Royaume-Uni, en Turquie et Italie où les classements des 15 meilleures séries comptent exclusivement des fictions locales.

Des productions locales qui, en plus de leur succès national, rayonnent à l’international à l’instar de la série historique anglaise Downton Abbey qui se positionne parmi les séries les plus regardées en Australie, en Suède et en Espagne, ou la série turque Ask ve Ceza qui se retrouve dans le peloton de tête en Bosnie Herzégovine, Croatie et Macédoine.

La production locale s’exprime également à travers l’adaptation des formats de fiction. Cette tendance qui permet de raconter des histoires universelles tout en ayant une forte résonnance locale, prend une ampleur grandissante depuis plusieurs saisons et touche toutes les zones du globe. Les studios américains exportent leurs catalogues dans le monde entier. A la saison dernière, Everybody loves Raymond a ainsi été adapté au Liban, en Egypte, en Pologne et aux Pays-Bas.

D’autres territoires s’imposent comme des fournisseurs alternatifs de formats de fiction à succès, Israël et le Royaume-Uni en tête. Ainsi In Therapy, série israélienne lancée en 2005 en Israël a fait l’objet d’adaptations locales aux Etats-Unis, en Europe centrale, aux Pays-Bas et tout récemment en Argentine. Quant aux séries britanniques, elles sont adaptées avec succès aux Etats-Unis (Shameless) et en Europe, notamment en France (Doc Martin).

Les formats de fictions permettent de dynamiser tout à la fois la production locale et les ventes internationales. Une tendance à surveiller dans les mois et années à venir.

Avi Armoza – “Au-delà des frontières : le rôle des formats dans le paysage télévisuel »

1. Qu’est-ce qu’un format ?

– Qu’est-ce qu’un format ? Pourquoi une émission constitue-t-elle un format et une autre non ? Peut-on adapter et dupliquer n’importe quelle émission ? Quels sont les éléments indispensables pour qu’un programme marche ?

– Étude de cas : la série « Une Famille presque parfaite » (Still Standing)

– Avantage commercial de la mise sous licence des formats. Pourquoi les diffuseurs achètent-ils des formats ? Qu’est-ce qui coûte le plus cher : créer un nouveau programme ou acheter un format ?

– Les grandes tendances : quelles sont les évolutions technologiques les plus marquantes, en termes aussi bien de diffusion que d’utilisation de contenu ? Quelles sont les tendances en matière de création de contenu ?

– La vision d’Armoza Formats – Les nouveaux contenus doivent transcender les frontières. Comment ? En mêlant les genres, les concepts et les plateformes.

– Développement : dans le cadre du développement, nous franchissons une nouvelle frontière, en passant d’une culture à l’autre. Un format qui fonctionne doit donner le sentiment de toucher à la réalité locale, tout en étant universellement adaptable. C’est quelque chose qui fonctionne dans les deux sens.

+ Comment passer du local à l’universel puis au local ?
 –  Étude de cas : le film La Bulle
+ Comment passer de l’universel au local ?
 –  Étude de cas : We Believe in You

2. En quoi la technologie nous permet-elle de transcender les frontières ?

– Transcender les cultures – le monde est plus petit et plus accessible qu’il ne l’a jamais été, et nous sommes mieux équipés que jamais pour aller chercher l’information qui nous concerne. En quoi cela affecte-t-il la création de contenus ?
+ Étude de cas : Connected (Connecté)
– Transcender les plateformes – de plus en plus de gens pratiquent régulièrement le multiscreening. Comment transformer ce problème en atout ?
+ Étude de cas : The Frame/Real Chat House (à préciser)

Isabelle Le Roy – Etude de l’institut CSA sur l’association des marques aux contenus vue par le marché publicitaire

Isabelle Le Roy, Directrice du pôle média publicité nouvelles technologies de l’Institut CSA, présente une étude inédite menée auprès de 150 clients pour en savoir plus sur leur perception et pratiques relatives aux opérations d’associations contenus et marques.

Que recouvre la notion de contenus de marque ? Ces types de communication sont-ils totalement intégrés dans les actions de nos clients ? Quels objectifs assignent-ils à ces modes de communication ? Quels sont les bénéfices retirés de ces opérations ? Autant de questions que l’institut CSA a soulevées auprès d’un échantillon d’annonceurs et d’agence fin mai 2012.

+ Un mode de communication très répandu : 81% ont déjà fait une action de Branded content (la marque endosse un contenu existant) ; 85% une action de Brand content (la marque est à l’initiative d’un contenu).
En majeur, côté « branded » le parrainage et côté « brand » la réalisation d’un contenu web au nom de la marque

+ Un mode de communication multiple (du parrainage au mécénat, en passant par le contenu web brandé ou la réalisation d’un magazine BtoB / interne) qui couvre beaucoup d’objectifs : En moyenne, 7 objectifs sont assignés à ces actions de communication. 3 objectifs principaux : renforcer le positionnement de la marque pour 63% des personnes interrogées, développer et/ou renforcer la préférence de marque (62%) et augmenter la notoriété (60%)*

+ De nombreux bénéfices sont retirés de ces actions de communication, avec en priorité :

Avoir ainsi disposé de points de contact différent (44%)*
Avoir augmenté sa notoriété (39%)*
S’être démarqué de la concurrence (34%) *
et avoir amélioré son image (33%)*

*tout à fait d’accord

Daniel Bô – Quali Quanti / Brand Content & Branded Entertainment, les conditions d’efficacité

Daniel Bô de l’Institut Quali-Quanti répond aux différentes questions reprises ci-dessous dans sa présentation. Elle sera l’occasion d’aborder quelques cas particulièrement réussis tels que Yes Virginia créé par Macy’s aux USA ou Sephora Beauty Academy développé en Chine.

Comment définir le brand content ?

Le brand content désigne le fait qu’une marque crée ou édite du contenu. Celui-ci peut être informatif, culturel, pratique, ludique ou divertissant. Le contenu de marque apporte de la valeur (service, information, divertissement) : il est intéressant en soi, indépendamment de l’achat du produit. Il se présente comme un don adressé à une personne, qui dépasse la fonction commerciale et vise une implication dans une expérience enrichissante.

Y a-t-il différents types de brand content ?

En France, l’appellation brand content a fini par couvrir toutes les formes de contenus de marque. A l’échelle internationale, on distingue :

– un pôle informatif et sérieux, qui regroupe content marketing, brand journalism ou communication éditoriale,
– un pôle entertainment, qui comprend branded Entertainment.

Quel intérêt ont les marques à développer du contenu ?

La force du brand content réside pour l’essentiel dans l’expression “Content is king“.

Il s’agit de :

– développer une relation vivante et riche avec le consommateur par le biais des contenus,
– générer et fidéliser une audience intéressée,
– créer une bibliothèque de contenus, mobilisables dans les points de contact de la marque : magasins, expositions, réseaux sociaux, médias privés, etc.,
– instaurer un univers culturel, auquel le consommateur adhère et s’identifie.
Avec les contenus, les marques peuvent s’approprier les atouts réservés aux médias : influence, rayonnement, audience, animation d’une communauté, abonnement, partenariats avec d’autres acteurs.
Le contenu de marque peut jouer d’autres rôles : affirmation d’une expertise, génération de leads, monnaie d’échange… S’il a une vraie valeur, il peut être monétisé, avoir son propre business model.

Comment évaluer l’efficacité des contenus de marque ?

A travers au moins 4 critères : performance éditoriale, association à la marque, visibilité et inscription dans une stratégie culturelle.
Comme le contenu est un don, pas question d’offrir des fleurs fanées ! La qualité du contenu confère la légitimité. En concurrence avec d’autres éditeurs et face à un public déjà très sollicité, les marques doivent proposer le meilleur rapport qualité/temps. Et s’adapter aux exigences du type de création éditoriale :
– contenus informatifs : crédibilité et expertise,
– contenus utiles et pratiques : valeur d’usage,
– contenus ludiques et divertissants : créativité et émotion.

A quelles conditions le contenu est-il bien associé à la marque ?

D’abord, il faut que le public ressente un lien étroit avec la marque, qui passe souvent par une bonne alchimie entre ses codes et le contenu lui-même. Et le dispositif doit être relié aux autres expressions de la marque, dans un objectif de cohérence.

Gage de sincérité, l’inscription dans la durée construit la légitimité et favorise l’attribution à la marque. Les bonnes stratégies éditoriales donnent naissance à une library (fonds patrimonial), avec une masse critique de contenus. Le brand content doit être génératif, se démultiplier au fil du temps et se déployer dans tous les points de contact. En revanche, les marques doivent éviter les one shots, initiatives isolées et ponctuelles qui sont autant d’allumettes grillées successivement.

Comment assure-t-on la visibilité du brand content ?

Dans l’univers du digital, il est facile de bien l’évaluer. Les outils sont nombreux : référencement naturel, durée d’écoute, nombre de téléchargements ou de transferts, retweets, nombre de pages vues, couverture de la cible, nombre de visiteurs, de votants, de fans, mots clés appropriés, retombées médias. Tous les indicateurs du médiaplanning et de l’analytics sont utiles pour suivre la visibilité d’un contenu de marque.

La création de contenus est un processus dynamique et organique. On lance une initiative qui fait naître une communauté, puis on crée un événement qui donnera lieu à un film ou à une publication. L’enjeu est d’accompagner ce flux en acceptant de ne pas savoir à l’avance jusqu’où le succès mènera la marque. Les médias sociaux permettent de suivre les réactions et stimulent l’échange autour des contenus.

Pour favoriser cette visibilité, les marques ont intérêt à s’appuyer sur la puissance de médias existants et à faciliter l’accès au contenu.

La rédaction

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia