25 juin 2014

Temps de lecture : 2 min

La cabine d’essayage se déplace chez vous

Pourquoi restreindre un client à la contigüité de 2m2 et un seul miroir pour essayer des vêtements qu’il préfèrerait tester à l’extérieur du magasin ? Après tout, si le consommateur est fiable, autant lui montrer que vous avez confiance en lui non ? GU prend le pari de faire de la rue ses cabines d’essayage.

« Vas-y, marche un peu, tourne toi », « oui mais avec ses chaussures on ne se rend pas bien compte », « j’arrive pas à juger si je serai vraiment à l’aise là dedans », « je ne sais pas si ça va avec ce que j’ai déjà »… Nous pourrions en faire un livre de poche La litanie des classiques d’essayage. Pour ne pas apporter son écot au dictionnaire des phrases toutes faites de shopping, GU réalise avec « GU Fitting » sa propre version de « 24 heures chrono ».

Du 18 au 30 juin dans un nouveau magasin de Tokyo, le discounter japonais de prêt-à-porter propose à ses clients de repartir chez eux avec au maximum trois vêtements de leurs choix : ils ont une journée pour les essayer avant de revenir les rendre en boutique, sans obligation d’achat. Primo, le quidam intéressé n’a pas eu à payer avant d’essayer les objets du désir dans sa vie normale ; secundo les fringues retournées ne seront pas remises en rayon mais uniquement réutilisées sur les mannequins en magasin.

Elles sont également susceptibles d’être recyclées. « Les clients devront laisser leur nom et leur numéro de téléphone, en échange ils sont libres de faire ce qu’ils veulent des vêtements en dehors du magasin, à condition qu’ils les ramènent dans les temps », commente Daisuke Hase, porte-parole de GU, dans un blog du Wall Street Journal. Si GU se réserve évidemment le droit de joindre le client en cas de non retour du produit, Daisuke Hase n’envisage pas qu’un mauvais comportement du consommateur fasse de cette expérience culotée un échec complet.

Complémentaire du crowdmodelling

« Je suis persuadé que les gens qui utiliseront ce service rentreront chez eux et essayeront les vêtements avec ce qu’ils ont déjà dans leur garde robe, puis qu’ils les ramèneront au magasin », explique le porte-parole de GU, propriété de Fast Retailing, maison mère du géant Uniqlo. Même en limitant son service à 30 bénéficiaires par jour pendant un peu moins de deux semaines, GU prend le contre-pied de la digitalisation de l’essayage en magasin, qui à coups de réalité augmentée, de scanner corporel, de cabine virtuelle ou d’essayage virtuel en temps réel dessine les contours du shopping de demain.

Avec son concept, GU replace la confiance et la frugalité technologie au cœur de la satisfaction client : pour le convaincre que la fringue lui va comme un gant ou ne lui convient absolument pas, il suffit de le laisser essayer pendant plusieurs heures chez soi, ou ailleurs. Le consommateur orchestre lui-même sa propre expérience, sans guidance ! Cette expérimentation se rapproche plus dans l’esprit du crowdmodelling de l’application chinoise Vancl Star, que nous avons traité en octobre 2013. Le mois dernier, le grand frère de GU Uniqlo lançait son application UTme !, qui permet à ses utilisateurs de fabriquer leur propre t-shirt en quelques secondes, faisant entrer le géant nippon dans la customisation. Si l’expérimentation de GU donne satisfaction, le service pourrait s’exporter dans d’autres pays en Asie, où la marque est surtout populaire chez les jeunes.

Benjamin Adler / @BenjaminAdlerLA

La rédaction

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia