4 juin 2015

Temps de lecture : 2 min

Bons baisers de Mars

La planète Rouge serait-elle en train de devenir la nouvelle lubie de l’Homme ? Une chose est sûre les Terriens fouleront un jour son sol. Et cela donnera quoi pour les premiers ? Illustration par le photographe Julien Mauve.

La planète Rouge serait-elle en train de devenir la nouvelle lubie de l’Homme ? Une chose est sûre les Terriens fouleront un jour son sol. Et cela donnera quoi pour les premiers ? Illustration par le photographe Julien Mauve.

La surface de la terre n’a plus aucun secret pour les hommes ou presque. Dans ces conditions, difficile de s’imaginer en aventurier intrépide découvrant un nouveau territoire. Mais la donne pourrait changer avec la perspective de fouler un jour le sol de Mars et obtenir le titre honorifique de pionnier. Comme le photographe Julien Mauve a très peu de chance de faire partie de cette expédition, il a imaginé ce moment où l’Homme déambulerait fièrement sur la planète Rouge. Baptisé « Greetings From Mars », il a choisi des vues qui se rapprochent le plus de l’environnement de cette planète. On retrouve ainsi les paysages du Grand Canyon dans l’Arizona ou encore l’atmosphère si particulière de la Death Valley en Californie. « Je me suis toujours demandé ce que ce serait de découvrir un monde totalement différent, sans vie, avec ses paysages naturels, et de tout photographier pour la première fois comme si j’étais Ansel Adams. Alors j’ai monté ce projet, qui traite d’exploration et de découverte », raconte le photographe.

L’homme ce curieux personnage…

Mais Julien Mauve va encore plus loin dans sa démarche et anticipe ce que pourrait être le futur de Mars en rappelant un fait historique : « En 1492, Christophe Colomb découvre l’Amérique. Moins de 500 ans plus tard, c’est devenu une destination touristique commune pour les gens riches du monde entier. Le Far West s’est transformé en parc naturel où les gens peuvent apprécier tranquillement des paysages à couper le souffle », écrit-il sur son site. Mars se transformera-t-il dans les siècles à venir en passage obligé pour de nombreux globe-trotter ? S’il est encore trop tôt pour le dire, l’artiste livre un regard assez critique sur le comportement de l’Homme et sa manière de se mettre en scène. On peut ainsi voir les astronautes prendre des selfies entre eux, utiliser un stick, photographier le coucher du soleil… comme s’ils étaient dans environnement banal : « Ce projet pose aussi la question de notre comportement devant ces paysages et la manière de se mettre en scène aux yeux des autres. Dans tous les endroits où je me suis arrêté, choisis scrupuleusement pour leur ressemblance avec la planète Rouge, j’ai imité de manière stéréotypée les pauses des touristes. Il est intéressant d’observer la façon dont nous agissons devant la caméra, comment nous nous incrustons dans le paysage et comment ceux-ci déclenchent le désir d’affirmer notre présence. La manière dont nous prenons des photos expose notre vanité dans notre quête d’estime ». Il y a quelques semaines, une infographie révélait pourquoi les Français ressentaient le besoin de fabuler sur leur week-end, aussi bien devant la machine à café que sur les réseaux sociaux : désir de reconnaissance, peur d’être jugé, enjoliver la réalité… L’Homme du futur ne devrait pas y échapper, pas même sur Mars…

Espinosa Eric

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia