2 octobre 2013

Temps de lecture : 1 min

La bonne odeur du papier

Ah ils aiment bien les paradoxes nos compatriotes! D'un côté 83% d'entre eux, interrogés dans l'étude Edilivre* affirment que le format numérique est une opportunité pour publier des textes. De l'autre, 88% pensent qu'il ne fera pas disparaître le support papier.

85% considèrent d’ailleurs -et c’est tant mieux- les libraires comme des acteurs importants de la chaîne du livre. Quel bonheur d’aller feuilleter des livres ou des revues (comme INfluencia) et de sentir la bonne odeur du papier. A tel point que, malgré la croissance de l’e-commerce et de ses principaux acteurs, 2 Français sur 3 sont même persuadés que les libraires survivront aux géants d’Internet.

Le livre numérique ne tuera donc pas le livre papier? On aimerait bien que cette éternelle question qui continue d’animer les débats de nos concitoyens ne soit pas qu’un vœu pieux. Si les Français affirment, de façon encourageante, haut et fort un vrai attachement au papier, peut-être faudrait-il enfin que nos élus agissent avec un peu plus de volontarisme et mettent en place une politique du livre efficace.

Virgin a fermé, le réseau Chapitre vient d’ annoncer la mise en vente de l’ensemble de ses librairies, à qui le tour?

Selon le Syndicat de la Librairie Française, le secteur de la librairie indépendante a vu son chiffre d’affaires global baisser de 5,4 % entre 2003 et 2010. Amazon, lui, ne paie pas d’impôts en France… Soutenir l’industrie du livre et le commerce des libraires, c’est contribuer à sauvegarder la diversité culturelle et il ne faut pas l’oublier.

Isabelle Musnik

*étude réalisée par Edilivre www.edilivre.com sur les Français, l’édition et l’auto-édition* auprès de 6047 personnes en France du 19 août au 16 septembre 2013

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia