20 novembre 2013

Temps de lecture : 2 min

La BMW Tate Live

L’art est partout ! Cette expression a pris tout son sens avec l’apparition de galeries virtuelles et de visites de musées interactives. Mais avec le projet BMW Tate Live, la Tate Modern a franchi un nouveau pas « interactif »

Le 6 août 2013, Amazon ouvrait une plate-forme de vente d’œuvres en ligne pendant que Google s’apprêtait à lancer son Institut Culturel à Paris. Ce dernier avait d’ailleurs fait mouche en lançant en 2011 le Google Art Project, visant à ouvrir l’art à des millions de professionnels, d’étudiants et d’amateurs en quelques clics. On pouvait alors découvrir les oeuvres de plus de 200 musées partenaires sans se déplacer de chez soi. Pour Steven Murphy, PDG monde de Christie’s, ces opérations faisaient figure d’« événement majeur ». L’occasion de s’interroger sur la corrélation de plus en plus intime entre l’art – et la culture en général – et Internet.

Mais c’est l’initiative de la Tate Modern – branche du réseau Tate vouée à l’art contemporain – qui retient l’attention. On la savait avant-gardiste et audacieuse mais en s’alliant à la marque BMW pour lancer une web TV dédiée à l’art contemporain, la Tate Modern a déclenché une petite révolution ringardisant la désormais traditionnelle visite virtuelle de musée.

De l’art en direct

La particularité du projet BMW Tate Live est d’offrir des événements spécialement conçus pour Internet et diffusables uniquement via ce média. Conférences, workshops mais surtout performances live d’artistes contemporains tels que Joan Jonas, Liu Ding, Meiro Koizumi, Nicoline Van Harskamp, Ragnar Kjartansson ou Daniel Linehan. Les événements sont diffusés en direct puis archivés pour être consultables à l’infini.

L’objectif avoué de Tate est de s’ouvrir au digital, de créer un espace de performance unique et un lieu d’échange et de débat. Cette initiative apparait presque comme une démarche sociale, mettant l’art contemporain à la portée de tous. Mais l’autre grande ambition de la Tate Modern est bien sûr de s’ouvrir à une audience internationale. Le tout avec la bienveillance de BMW qui se place en tant que mécène.

BMW en fin connaisseur

La marque n’est d’ailleurs pas à son coup d’essai puisqu’elle soutient également la Photographie Française depuis bientôt quatre ans, à travers un concours. Pour Serge Naudin, Président du Directoire de BMW France, l’engagement artistique de BMW démontre les « affinités entre un art et une marque, tous deux placés sous le signe du savoir-faire dédié à l’esthétique et au plaisir ».
Mais jusqu’où va cet engagement ? N’oublions pas en effet qu’avec le projet BMW Tate Live, BMW engage elle aussi son image auprès d’une audience mondiale. « Nous veillons à toujours préserver une liberté absolue de création pour nos partenaires, indispensable pour que des chefs-d’œuvre artistiques puissent voir le jour, tout comme elle permet l’émergence des innovations essentielles dans une entreprise ». La trinité art – marque – Internet a de beaux jours devant elle.

Déborah Larue / @SpankyFew
Spanky-few.com

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

14/09/2021
JCDecaux poursuit sa révolution data

François-Xavier Pierrel, chief data officer de JCDecaux, détaille pour INfluencia la nouvelle offre Data mondiale du groupe, mêlant solutions locales et globales.…

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia