15 mars 2012

Temps de lecture : 1 min

Le bling bling made in China

Le dernier Congrès National du Peuple n’a pas seulement validé un tournant dans la stratégie politico-économique de la Chine. Il a aussi confirmé que ses dirigeants sont devenus une vitrine de choix pour les marques de luxe. La plèbe rit jaune.

Si le gouvernement chinois, sali par des scandales de corruption, a été contraint de prendre des mesures pour enrayer l’exode vers les USA et Canada de ses élites financières, la dernière cession de son organe politique suprême a tourné au raout digne d’une Fashion Week. Et le moins que l’on puisse dire est que la démonstration ostentatoire de richesse des cadres du Parti Communiste provoque l’ire du peuple.

Si l’Etat peut contrôler les moteurs de recherche, il a plus de mal à jouer les censeurs sur les réseaux sociaux, Weibo en tête. Le pendant chinois de Twitter a offert une scène d’ironie contestatrice aux centaines de millions de citoyens choqués par le prix des accessoires de mode affichés par les délégués. Certains coûtent plus cher que le salaire annuel moyen national. L’Empire du milieu est devenu celui du luxe pour une intelligentsia faite de millionnaires.

Une étude d’Hurun Report sortie juste avant l’ouverture du Congrès, le 5 mars, révélait que les 70 délégués les plus fortunés se sont plus enrichis en 2011 que la totalité des 535 membres du Congrès des Etats-Unis, le Président, son cabinet et les 9 juges de la Cour Suprême réunis.

Les internautes ne se sont pas privés pour poster des photos des coupables de signes extérieurs de richesse, en notant avec précision le prix des ustensiles en parallèle. Rebaptisé «Semaine de la mode de Pékin», le CNP (voir visuel ci dessous) a offert aux marques de luxe une vitrine en or: lunettes, sacs et ceintures Dior, Louis Vuitton, Marc Jacobs, Gucci, Hermes, Burberry, bref la totale.

Entre la ceinture à 3000 euros de Xu Jiayin, éminence du Parti et le collier à 800 euros de Li Xiaoli, CEO de China Power International Development, le défilé ne cadre pas vraiment avec l’interdiction par la ville de Pékin l’an passé du mot «luxe». Comment dit-on «se moquer du monde» en mandarin et cantonnais?

Benjamin Adler
Source: hurun.net
A ne pas rater! China connect, L’évènement incontournable sur l’innovation chinoise à Paris (22 & 23 mars)
Pour en savoir un peu plus: La Chine et le luxe (Jacqueline Tsai 2008)

Les articles de luxe: un élément ostentatoire dans l’univers politique chinois…

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia