23 mai 2012

Temps de lecture : 1 min

Billr: qui paie l’addition?

Fini les prises de têtes sur l'addition après un bon repas entre amis! Une nouvelle application entend simplifier les calculs d’apothicaire et rendre le sourire à ceux qui pensent constamment être lésés par la note...

Muriel Robin en a fait l’un de ses sketches les plus connus, il y a déjà 22 ans. Son «addition» serait encore d’actualité aujourd’hui, particulièrement dans les cercles étudiants. En temps de crise, «la douloureuse» fait encore plus mal pour les modestes bourses estudiantines.

Il n’est donc pas étonnant que Billr -dernière application en date pour le calcul de l’addition- émane de la collaboration de trois étudiants américains. La designer Ivy Hu (Rhode Island School of Design) et les « encodeurs » Stephen Poletto et Nicholas Shulman (Browille University) ont réussi leur mission: concevoir une application esthétique et pratique qui permet de décortiquer et calculer la note sans gâcher l’ambiance de fin de repas!

S’il existe déjà des applis du genre, notamment Fill Bill et Paye Ton Resto, Billr.me est sans hésiter la plus belle et la plus fonctionnelle. Les premiers retours d’utilisateurs sont unanimes et justifient pour le consommateur américain de payer les 99 centimes nécessaires à son téléchargement.

Le design élégant de cette application nord-américaine permet de rapidement créer une liste des plats commandés par la table, avec une limite fixée à 16 personnes. Après le calcul automatique de la taxe et du service, le prix final indique ce que chacun doit débourser sans que personne ne se sente lésé. Une fois les chiffres dévoilés, Billr peut même envoyer une copie de la note de chacun par mail ou sms.

Une mise à jour améliorant la division d’une même entrée ou d’un même plat entre plusieurs personnes serait la bienvenue. Mais bon, en attendant la peut-être future version française, on se contentera de souligner la belle réussite de ce projet étudiant. L’innovation digitale aux Etats-Unis commence dans les dortoirs des universités! Celle-ci ne va pas révolutionner nos modes de consommation mais permettra quand même de rendre plus amusant un moment d’ordinaire gênant.

Benjamin Adler
Rubrique réalisée en partenariat avec ETO

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia