8 juillet 2015

Temps de lecture : 1 min

Big Brother : Good Cop ou Bad Cop ?

Les Français ne sont pas à un paradoxe près, on le sait. Le dernier Baromètre de l’Intrusion de Publicis ETO le montre une nouvelle fois. 78% de nos compatriotes le disent : ils en ont « ras le bol » que les marques collectent des informations sur eux et viennent sans cesse s’immiscer dans leur vie quotidienne. Et pourtant…

Les Français ne sont pas à un paradoxe près, on le sait. Le dernier Baromètre de l’Intrusion de Publicis ETO le montre une nouvelle fois. 78% de nos compatriotes le disent : ils en ont « ras le bol » que les marques collectent des informations sur eux et viennent sans cesse s’immiscer dans leur vie quotidienne. Et pourtant…

Pourtant, ces mêmes Français, séduits par le côté Good Cop de Big Brother sont prêts à livrer certaines informations en échange de cadeaux, réductions, bons d’achat, d’invitations à des évènements privés, d’avantages et de privilèges divers. Pourtant, ces mêmes Français trouvent également utile que les marques sélectionnent pour eux des produits ou des offres en fonction de ce qu’elles connaissent d’eux.

Il faut bien le reconnaitre, nous aussi, nous ressemblons à ces Français qui ont à la fois peur de l’omniprésence de la data et qui la trouvent bien utile quand elle nous apporte un certain mieux-vivre. La revue INfluencia consacrée à la data en avril dernier avait déjà montré toute la complexité de ce sujet. Alors, face à cette ambivalence, comment les marques doivent-elles réagir ? Avant tout, en étant encore plus transparentes avec les consommateurs, et en expliquant quels types de données elles collectent et pourquoi. L’honnêteté, encore l’honnêteté, toujours l’honnêteté…

Musnik Isabelle

À lire aussi sur le même thème

10/09/2021
Peur sur la ville

Non je ne vais pas vous parler de Bébel, mais de Xavier. Xavier, c’est le nom de ce robot déployé pendant trois…

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia