9 mars 2015

Temps de lecture : 1 min

La belle au bois dormant ne se réveille pas

Une Bande Annonce sous forme de mini conte pour présenter une émission sur le coma et ses mystères plutôt que la traditionnelle compile d’extraits et de témoignages. Décalée et réussie.

Une BA sous forme de mini conte pour annoncer une émission sur le coma et ses mystères plutôt que la traditionnelle compile d’extraits et de témoignages. Décalée et réussie.

Un destrier au galop, un château au loin dans la brume, la hardiesse rivée au corps et au mental…  ce prince charmant a tous les atouts pour réussir sa mission enchantée… on connait l’histoire ! Mais en fait, non il ne réveillera pas sa belle endormie. En effet, le valeureux et fringant chevalier a beau embrasser encore et encore sa princesse, celle-ci n’ouvre pas les yeux. Un double incident marqué à chaque fois par l’arrêt net de la bande son très onirique (Capitaine Plouf), laissant la place à un silence envahissant. Interloqué, dérouté par cette réalité inattendue, il hoche puis se gratte la tête avant de tenter en vain un claquement de doigts nerveux, répété et dérisoire. Jusqu’au bout le suspens reste entier. On hésite entre comédie et tragédie. Mais définitivement pas de happy end pour ce mini conte produit par les Télécréateurs, conçu par l’agence Gabriel et réalisé par Emile Sornin, où la seule magie qui opère c’est celle de ce film de 45 secondes réussi et décalé pour annoncer depuis quelques jours : « Le coma et ses mystères, mardi 20h40 ».

Lourd, très lourd et très sérieux comme thème d’émission qui peut en rebuter plus d’un. Alors France 5 a choisi d’en faire la promotion à travers un conte de fée très évocateur plutôt qu’avec des extraits du documentaire et la caution visuelle des témoins de l’émission qui suit ou de son animatrice Marina Carrère d’Encausse. Un parti pris réussi qui installe une relation d’intelligence et non mécanique avec le téléspectateur. De plus, en optant pour ce traitement créatif et inopiné, il dédramatise ce sujet et rappelle qu’il n’y a pas un mais des comas et que dans beaucoup de cas, l’issue a cessé d’être imprévisible. Résultat, on a qu’une envie : le regarder. Heureuse récidive pour Les Télécréateurs qui était alors complètement aux manœuvres en octobre 2013, pour la même chaîne. C’était aussi pour une bande annonce métaphorique et très surprenante mais dans un tout autre genre pour annoncer une émission sur le harcèlement à l’école.

 

Berthier Florence

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia