28 octobre 2015

Temps de lecture : 2 min

Barbie, nouvel étendard de la cause féminine ?

Et si la belle blonde, en signant l'une de ses meilleures campagnes, empruntait enfin le chemin de la créativité publicitaire ? Difficile à croire et pourtant...

Et si la belle blonde, en signant l’une de ses meilleures campagnes, empruntait enfin le chemin de la créativité publicitaire ? Difficile à croire et pourtant…

Si vous allez faire un tour sur la chaîne YouTube de Barbie, on parie que vous ne tiendrez pas deux minutes. Musique assourdissante et ambiance ultra girly, Mattel utilise les gros moyens pour séduire les petites « princesses » et tant pis pour les âmes un peu plus sensibles. Mais dernièrement, la célèbre poupée a joué sur un autre registre, beaucoup plus pédagogique, bien loin du strass et des paillettes. Dans une vidéo baptisée Imagine The Possibilities, des enfants prennent la place des adultes pour assurer un cours magistral sur le cerveau, animer une séance sportive, soigner des animaux ou encore partager son savoir sur la paléontologie… Tournée en caméra cachée, la réaction du public est pleine de surprise et d’amusement tandis que voir ces  » jeunes pousses  » endosser le costume d’adulte est cocasse.

Une mise en abîme parfaitement réussie qui reprend l’univers créatif des bambins, qui n’ont de cesse de transformer leur chambre en lieu de représentation, et où les poupées mannequins tiennent un rôle majeur. « Depuis 56 ans, Barbie a inspiré l’imagination et encouragé les jeunes filles à se découvrir. De sirène à star de cinéma, de vétérinaire à officier de Police, de shoppeuse à fée, Barbie continue de célébrer la possibilité d’être ce que l’on veut », détaille la présentation de la vidéo. Si sur le fond le message se respecte totalement, la forme a souvent interloqué chez Mattel, entre clichés et fausses images de la représentation du corps féminin. Et la campagne Imagine The Possibilities prend enfin le contre-pied de ces idées reçues. Enfin pas pour tout le monde : « L’imagination des jeunes filles est limitée quand on leur donne seulement une infime idée sur ce qu’être une femme signifie. Et dans le cas de Barbie, cela semble être impossible », a écrit Jessica Valenti, dans The Guardian. Clairement, on est bien loin des standards de la  » Lammily dolls « , cette poupée aux mensurations… humaines, bien plus proches de la réalité et en phase totale avec la vraie vie.

Barbie en première ligne ?

Il y a quelques mois, une photographe basée à Portland imaginait un compte Instagram qui allait rapidement dépasser le million d’abonnés. Son nom ? Socaliotybarbie. Sa particularité ? Se moquer d’une génération obsédée par son image et accro aux réseaux sociaux par le biais de la fameuse poupée : « Les gens prennent toujours les mêmes photos, au même endroit en utilisant la même légende. Je ne pouvais rien dire de particulier à propos de ces images alors je me suis dit qu’il n’y avait pas meilleur moyen de partager mon opinion que par la voix d’une poupée produite à des millions d’exemplaires » expliquait son auteur. Un joli pied de nez qui sonne comme un rappel à l’ordre et qui traduit également un autre sentiment : la solitude.

Sans compter la place de la femme qu’il faut sans cesse réaffirmer sur la toile ou ailleurs. Comme l’a fait Always en juin 2014 avec sa campagne et qui a généré 60 millions de vues. Son hashtag #LikeAGirl sonnait, en effet, comme un coup de poing envers une société encore bien trop inégalitaire entre les deux sexes. Et on ne doute pas que la poupée Barbie aurait son mot à dire pour « botter le cul » aux idées reçues et faire entendre la cause féminine, à condition de respecter certains standards et renvoyer bien plus qu’à une simple plastique…

Espinosa Eric

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia