19 janvier 2015

Temps de lecture : 2 min

Aux poêles les soubrettes !

Comment faire d’une poêle à crêpe antiadhésive, un ustensile ultra glamour et un sujet de communication complètement loufoque ? Réponse avec le ballet infernal et anti conformiste conçu par Dentsu Tokyo pour FlavorStone.

Comment faire d’une poêle à crêpe antiadhésive, un ustensile ultra glamour et un sujet de communication complètement loufoque ? Réponse avec le ballet infernal et anti conformiste conçu par Dentsu Tokyo pour FlavorStone.

Selon le sujet plus ou moins « glamour », le produit plus ou moins « standard » ou l’annonceur plus ou moins « couillu », les « pubards » n’ont pas toujours la tâche facile ni très créative ! Pourtant il y a des exceptions comme FlavorStone, cette marque de casseroles antiadhésives qui a accepté la campagne complètement déjantée de Dentsu Tokyo, son agence tout aussi gonflée.

Le fantasme des soubrettes pas si fofolles

Pour le coup tout est dans l’outrance : du fantasme au costume en passant par les acteurs, les décors et la musique très kitsch. Pour démontrer aux Japonais les qualités incroyables du produit, cent jeunes femmes déguisées en soubrettes se font passer, de pôele en poêle, une crêpe ! Celle-ci, suivant un effet de dominos, est l’occasion pour les cuisinières, tout en souplesse et en habileté, de faire des acrobaties en tous genres. Une parade très synchronisée -digne des ballets aquatiques ou des cérémonies d’ouverture des Jeux Olympiques- qui n’a qu’un seul but : permettre à un brave vieil homme qui nous fait penser à un Hugh Hefner version nippone de déguster une crêpe parfaitement réussie pour son petit déjeuner. Mais pas dupe, la dernière jeune femme la lui sert sur la tête. Ce qui le pousse à reconnaître : « good job ! ». Sauvant ainsi par l’humour, la bienséance japonaise un temps oubliée!

Du pur burlesque inattendu et réjouissant

Ubuesque et détonnant mais très réussi. Car, tout tient dans ce petit quelque chose très n(fr)ippon entre bêtise improbable, naïveté rafraîchissante et absence totale de politiquement correct. Mais aussi très justement dosé qui fait qu’en regardant ce film, on hallucine tout en se laissant captiver tant ses côtés fun, léger et loufoque nous réjouissent et nous divertissent de nos critères bien pensants. Au point -peut-être même- de se le repasser une seconde fois ! Avec comme résultat essentiel : le nom de la marque et son message, pourtant si routiniers, fermement ancrés dans nos caboches de consommateurs. La barre est très haute et il semblerait que Tefal et consorts aient du pain sur la planche pour rivaliser !

Florence Berthier

La rédaction

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia