26 mai 2010

Temps de lecture : 1 min

Auto-star

Plutôt réjouissants les minis spots imaginés pour les lunettes de soleil Krys. Dans un jardin public, un homme se prend en photo avec l’appareil qu’un couple de Japonais vient de lui tendre en espérant se voir photographié. Au restaurant, une femme s’empare de l’ensemble des roses d’un vendeur de fleurs pensant qu’il s’agit de l’hommage d’un admirateur. Leur point commun ? Ils portent tous deux des lunettes de star Krys qui leur permettent de tenir la réalité à l’écart. Par Patrice Duchemin...

Dix années d’émissions de télé-réalité ne pouvaient pas ne pas laisser de traces… Plus question désormais d’attendre sagement son quart d’heure de célébrité wharolien. Etre star, c’est tout de suite et pour longtemps pour peu qu’on en porte les stigmates. Il y a en nous tous une part de Mickael Vendetta qui ne demande qu’à se révéler.

Si j’ai des lunettes de star, pourquoi n’en aurais-je pas le comportement ? Et, pourquoi pas, aussi, l’attitude ? C’est cette « people attitude », subtil dosage d’être et de paraître, que la consommation nous fait désormais miroiter. Longtemps opposés par la morale, voici l’être et le paraître désormais réconciliés sur l’autel de la consommation… Pour le plus grand bien de nos névroses.

Oui, le paraître a le pouvoir de réussir à modifier l’être. Oui, être « en mieux » peut être un préalable au « mieux être ». Et puisque cette promesse s’adresse à chacun, place à la mégalomanie ordinaire !

Patrice Duchemin / Planning & Tendances / Réagissez sur redaction@influencia.net

La rédaction

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia