27 septembre 2021

Temps de lecture : 2 min

Amazon passe le mur du son à Paris avec Audible

Dans l’écosystème audio, Amazon a déjà avancé beaucoup de pions, avec son assistant vocal (Alexa), des enceintes (Echo) et un service de streaming de musique et de podcasts (Amazon Music). Mais Amazon, c’est aussi Audible, leader des livres audios, racheté dès 2008, pour 300 millions de dollars… 

À l’occasion de la conférence Dmexco 2021, Susan Jurevics, la directrice internationale d’Audible, a présenté les ambitions de la plateforme, qui entend bien rivaliser avec Spotify, Apple Podcast, Google Podcasts et même Amazon Music/Podcasts dans la diffusion de contenus audio… “Nous croyons fortement au pouvoir du storytelling audio, à la polyvalence et à l’intimité permise par ce média”, explique-t-elle avec enthousiasme dans sa vidéo.

Un centre d’excellence à Paris

Initialement spécialisé dans l’adaptation de romans en version audio, lus par des comédiens, Audible a progressivement élargi son catalogue et sa présence internationale. La filiale d’Amazon produit désormais ses propres contenus originaux, comme récemment “The Sandman”, une série audio de plus de 10 heures, adaptée en Italien, Français, Allemand et Espagnol. Née d’un partenariat avec DC Comics, celle-ci s’appuie en VO sur un casting de stars, avec James McAvoy dans le rôle titre et Neil Gaiman (l’auteur des romans graphiques originaux) comme narrateur. 

Présent dans une dizaine de pays, Audible mise aussi sur les contenus locaux, qu’ils soient de fiction ou non. En Allemagne, un podcast quotidien est produit en exclusivité par Der Spiegel pour la plateforme. En Grande-Bretagne, “Coupledom” met en scène Idris Elba et sa femme Sabrina échangeant sur les relations humaines avec des invités. Au Japon, la plateforme propose un podcast original d’interviews sur l’art et le business.

Pour faire la différence avec les autres plateformes, Audible met particulièrement l’accent sur l’expérience sonore, en vantant le caractère “cinématographique” de ses productions originales. La plateforme investit notamment dans le son binaural, une technologie audio proposant une immersion inégalée aux auditeurs, grâce à un son spatialisé. L’entreprise a d’ailleurs ouvert un centre d’excellence sur le sujet à Paris.

De nouvelles responsabilités

Historiquement, le modèle d’Audible reposait sur l’achat de titres audios. L’essor du streaming, porté par Netflix dans la vidéo et Spotify dans l’audio, a incité le service à revoir sa copie. Désormais, en complément des achats de livres audio à l’unité, Audible propose des offres d’écoute illimité dans certains de ses marchés, pour une partie de son catalogue. 

Autre évolution notable : Audible considère maintenant qu’il est de sa responsabilité de faire entendre de nouvelles voix et de promouvoir des points de vue différents. La directrice internationale du service cite ainsi les lancements des podcasts “Queer Icons” en Grande-Bretagne et “Every Body” en Australie. Ce dernier est animé par la mannequin “plus-size” Robyn Lawley et évoque les sujets de grossophobie et d’acceptation de soi. 

Ces lancements sont accompagnés d’initiatives destinées à favoriser la diversité et l’inclusivité de l’écosystème audio : au Canada, Audible a par exemple lancé le programme de mentorat “Indigenous Writer’s Circle”. 

Partout dans le monde, notre proposition de valeur est la même : offrir des contenus audios formidables, qui sont pertinents pour les populations locales, différenciants et premiums, sous forme d’audiobook, de podcasts ou de créations originales”, résume Susan Jurevics avec enthousiasme.

Benoit Zante

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia