20 avril 2016

Temps de lecture : 2 min

« S’appuyer sur le chaos pour aller chercher l’énergie créatrice »

Le Good Report vient de sortir ! Avec en son sein, les meilleures créations mondiales autours des grandes causes. Précisions de la co-fondatrice, Isabelle Kurata.

Le Good Report vient de sortir ! Avec en son sein, les meilleures créations mondiales autours des grandes causes. Précisions de la co-fondatrice, Isabelle Kurata

1474 campagnes, 866 agences, 1090 annonceurs et 82 pays. Voilà les chiffres du Good Report créé par Act Responsible et le Gunn Report ! Cette bible annuelle de la communication engagée met en lumière le meilleur des agences qui se battent par solidarité pour l’intérêt général et puis aussi parce que avoir une ONG ou une grande cause dans son portfolio, cela fait toujours bien… Néanmoins l’engagement des professionnels de la communication est fondamental. Leurs actions créatives ont souvent permis d’informer et éduquer pour au final faire évoluer les mentalités. Précisions, par Isabelle Kurata, la co-fondatrice d’Act Responsible, sur une publicité différente mais ô combien influente…

INfluencia : vous dites que la publicité est trop souvent limitée au commercial. Mais c’est un peu la raison d’être de la discipline ?

Isabelle Kurata : l’art de convaincre n’est pas réservé aux vendeurs. La publicité, c’est une technique de persuasion s’appuyant sur un langage, une grammaire et des véhicules. Cela peut être au service du commerce mais aussi du secteur non-marchand.

IN : les grandes causes et toutes autres types d’engagements amènent-ils une autre forme de créativité chez les agences ? Et les créatifs sont-ils plus libres qu’avec un client ?

IK : les publicitaires, les créatifs en particulier adorent travailler sur les grandes causes : d’abord parce que ce sont justement des causes et que toute forme d’engagement est gratifiante. Ensuite, parce que la nature même des thématiques permet de créer des campagnes qui s’appuient sur nos émotions. C’est dans ce type de campagnes que le langage et la grammaire dont je parlais à l’instant s’expriment le mieux. La liberté créative n’est pas forcément un atout en l’occurrence.

IN : le Good report 2016 est-il un bon cru ?

IK : il y a quelques grandes campagnes avec des idées fortes, justes qui font mouche. Voir des annonceurs marchands prennent la parole sur ces causes (on en compte 12 dans le top 40 des campagnes) est un point intéressant de cette édition. La campagne de Mullen Lowe en est un bon exemple. Nous sommes fiers de ce Good Report et de célébrer la créativité et l’engagement de tant d’agences.

IN : la créativité peut-elle changer nos sociétés ?

IK : la créativité, c’est la face positive de la révolution. On commence par remettre en cause mais cela ne construit pas le changement. Le changement, c’est de s’appuyer sur ce doute, même quelquefois ce chaos pour aller chercher ailleurs l’énergie créatrice qui va produire des idées nouvelles. Et résoudre des problèmes. La transformation de notre société depuis 20 ans n’est-elle pas une conséquence directe de la créativité.

Découvrez le palmarès

Le Good Report par Act Responsible & Le Gunn Report publié par INfluencia

Clouzard Gaël

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia