17 avril 2015

Temps de lecture : 2 min

Hé ! : l’application qui harcèle

Du simple sifflement à la main baladeuse, le harcèlement de rue pollue depuis toujours le quotidien des femmes. Il est temps que les mentalités évoluent : l’association « Stop Harcèlement de Rue » lance "Hé !" une application qui s'incruste dans votre smartphone.

Du simple sifflement à la main baladeuse, le harcèlement de rue pollue depuis toujours le quotidien des femmes. Il est temps que les mentalités évoluent : l’association « Stop Harcèlement de Rue » lance « Hé ! » une application qui s’incruste dans votre smartphone.

A l’occasion de la « Semaine contre le harcèlement de rue », l’association Stop Harcèlement de Rue avec l’agence BETC a décidé de lancer une application pour éveiller les consciences et faire en sorte de ne plus rester les bras ballants lorsque l’on est témoin d’un comportement grossier d’un prétendant  » lourdingue  » sinon frustré. Son nom ?  Hé !, tout simplement. Son fonctionnement est enfantin et se rapproche de l’appli Yo. Pour ceux qui ont vécu dans une grotte ces derniers mois, cette dernière permet d’envoyer des… « Yo » à ses amis. Facile, bête et méchant. L’application Hé ! fonctionne exactement de la même manière ou presque.

Après l’avoir téléchargée, il vous suffit d’ajouter des amis et libre à vous de les bombarder de « Hé ! ». Mais alors quel rapport avec le harcèlement de rue ? Nous y venons. Un utilisateur inconnu s’ajoutera automatiquement à votre liste d’amis et vous fera vivre un enfer avec des notifications à « gogo ». Son attitude va même évoluer et devenir plus agressive, comme certaines personnes peuvent l’être dans la rue. Une seule solution, bloquer le « relou » pour mettre fin au calvaire et prendre conscience de ce que certaines femmes peuvent subir. Mais aussi qu’il ne faut pas rester sans réaction quand on assiste à de tels comportements. Un message de sensibilisation vient même en remettre une couche : « Si vous pouvez vous échapper aujourd’hui, pour beaucoup, le harcèlement de rue, c’est tous les jours ». Si on doute de la durée de vie d’une telle application, sa simplicité et son côté ludique devraient interpeller. Il ne vous reste plus qu’à inviter des amis pour les piéger.

Hashtag dédié, Tumblr, site gouvernemental, street marketing, blog… Pour dénoncer le comportement un poil outrancier de la gent masculine envers les femmes, la résistance s’organise. Et certains chiffres du harcèlement de rue font froid dans le dos et donnent un autre relief à ce phénomène de société : en France en 2013, 25% des femmes de 18 à 29 ans avaient peur dans la rue, 20% des femmes se faisaient injurier au moins une fois dans l’année et 10% étaient victimes de caresses ou de baisers forcés.

Dans la même verve, depuis 2012, l’artiste Tatyana Fazlalizadeh a fait de la rue son territoire d’expression avec ses affiches « Stop Telling Women to Smile » pour rappeler aux femmes qu’elles ne sont pas seules face à ces comportements déviants. Vendredi 17 avril, à l’occasion de « la nuit du collage », elle a même appelé la population à se mobiliser en redécorant les façades des immeubles pour montrer son soutien à la lutte contre le harcèlement de rue. Une expérience à prolonger.

 

Stop Telling Women to Smile

Espinosa Eric

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia