9 avril 2017

Temps de lecture : 1 min

Une application pour prolonger l’expérience muséale

Promouvoir la diversité de l’espèce humaine, telle est l’ambition du Musée de l’Homme dans son exposition « Nous et les autres, des préjugés au racisme ». Et pour y donner de la résonance, l’institution et son agence Leo Burnett ont imaginé une application, Chroma, qui permet d’unir différentes couleurs de peau dans un même visuel. A la clef : être choisi comme support de la campagne.

Promouvoir la diversité de l’espèce humaine, telle est l’ambition du Musée de l’Homme dans son exposition « Nous et les autres, des préjugés au racisme ». Et pour y donner de la résonance, l’institution et son agence Leo Burnett ont imaginé une application, Chroma, qui permet d’unir différentes couleurs de peau dans un même visuel. A la clef : être choisi comme support de la campagne.

Faire l’éloge de différentes couleurs de peau, reflet de la diversité de l’espèce humaine, tel est l’objectif de l’exposition du Musée de l’Homme « Nous et les autres, des préjugés au racisme ». Pour prolonger l’expérience, le musée et l’agence Leo Burnett ont installé un photomaton et lancé une application : Chroma. Visiteurs et internautes peuvent ainsi se prendre en photo avec un ami ou un inconnu, de préférence d’une autre couleur de peau. L’algorithme reproduira alors la nuance de peau obtenue dans les visuels iconiques de l’exposition créés par Noma Bar (des mains, des oiseaux, des visages…). Chacun peut ainsi contribuer symboliquement au message de l’exposition : il n’y a ni « noir » ni « blanc », mais simplement une infinité de nuances.

Une communication muséale différente

Au-delà de la communication muséale traditionnelle, le Musée de l’Homme et Leo Burnett ont réussi leur pari : que l’exposition parle d’elle-même. En proposant aux utilisateurs d’intégrer leur couleur de peau via le photomaton ou Chroma, ces derniers sortent de leur statut passif et font partie intégrante de l’expérience. Ils peuvent d’ailleurs prendre le rôle d’un media à travers l’usage du #CHROMA sur Twitter. Et le musée les y incite. Les meilleurs tweets seront en effet imprimés et collés dans les couloirs de la RATP. Cette recherche d’une communication personnelle et spontanée permet de parler différemment de l’exposition.

Cette expérience interactive influe également sur la visite en elle-même. Le musée se transforme en un terrain de jeu où l’on peut jouer sur la richesse des couleurs de peau. Cette stratégie ludique a une autre vertu : inciter à venir ceux qui pensent que les centres culturels et artistiques ne sont pas faits pour eux. C’est d’ailleurs tout l’objectif de l’exposition : faire se rencontrer tout le monde et rappeler la richesse de tous.

Salas Romain

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia