15 février 2017

Temps de lecture : 1 min

« Je t’aime, c’est-à-dire que j’aime en toi la différence qui nous empêche d’être différents »*

C’est une double première en France. Quasiment en même temps, Vogue Paris met à la une de son numéro, un mannequin transsexuel, et TF1 diffuse le 6 mars le pilote en deux parties, de « Louis(e) », une série française, dont l’héroïne est un personnage transgenre.
Après Gisele, Daria, Eddie ou Ana, voilà donc la Brésilienne Valentina Sampaio, ses yeux amande azur, son mètre soixante-dix-sept et  ses courbes parfaites, sur la couverture du célèbre magazine de mode, «étendard glam d’une cause en marche», selon la rédactrice en chef. «Dans un monde post-genre que de plus en plus de créateurs soulignent sur les podiums, les trans, symboles ultimes du refus du faux-semblant, deviennent des icônes », explique-t-elle.
Un joli coup de pub pour le titre du groupe Condé Nast France? Sûrement un peu. Vraie conviction ? Sûrement aussi,  dans un secteur qui a toujours été plus ouvert que d’autres à la transgression. Mais la tendance est bien là. La société est en train de bouger et il était temps. Outre-Manche et outre-Alantique le thème du transgénérisme est plus amplement traité et ce depuis plus longtemps, dans la presse ou dans les séries à succès, à l’image des personnages de Wade ‘Unique’ Adams dans Glee, de  Sophia dans « Orange is the new black », ou encore de la série Transparent sur Amazon (un père de famille qui décide de changer de sexe).
TF1, souvent associée dans l’imaginaire collectif à des comédies populaires, fait en tout cas figure de précurseur

*Roger Judrin

 

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

10/09/2021
Peur sur la ville

Non je ne vais pas vous parler de Bébel, mais de Xavier. Xavier, c’est le nom de ce robot déployé pendant trois…

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia