24 novembre 2010

Temps de lecture : 1 min

After hours

Le jeune est toujours difficile à appréhender dans la pub. Trop informé, volontiers critique, voire cynique, son jugement est redouté par toutes les marques qui craignent d’être mises au ban au moindre faux pas. Les plus exposées sont bien évidemment celles dont le fantasme est de finir «cultes» auprès d’eux. Adidas, Nike, Reebok, Puma, comment ces marques peuvent-elles parvenir à se différencier quand leurs offres sont interchangeables au logo près? Par Patrice Duchemin...

Malines, elles ont choisi de privilégier l’ambiance sur les produits. La construction d’un territoire n’est pas qu’une théorie pour elles. La dernière pub Puma, visible au cinéma, n’échappe pas à la règle. Comme les autres, elle a choisi la ville et le jeu pour s’exprimer. Mais à une différence près: ici, tout se passe la nuit.

«S’arrêter à l’aube est la destinée des vrais héros de la nuit… Quand sonne l’heure du dernier verre, la soirée n’est pas finie… La nuit est aussi un terrain de jeux… ». Faites passer le message. Le tout sur des images très léchées de jeunes, forcément  beaux et cool, qui s’éclatent, passant d’un jeu de bowling à une partie de billard sans oublier les fléchettes. Ce sont  les vrais héros de la nuit», nous précise le spot.

Qu’apprend-on sur les jeunes et leurs modes de vie? Que, pour les séduire, il faut savoir leur proposer un univers qui leur soit propre d’où sont exclues toutes formes «d’adultes»: un lieu, une ville ou un moment. Mais aussi qu’il faut leur donner la possibilité de se mesurer les uns aux autres et de se mettre en scène en repoussant leurs limites et en recherchant de nouvelles performances.
Les initiateurs de Facebook l’avaient compris avant les autres, il suffit de voir The Social Network pour finir de s’en convaincre…

Patrice Duchemin  / Planning & Tendances
Réagissez sur redaction@influencia.net

La rédaction

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia