3 décembre 2015

Temps de lecture : 2 min

Activez le mode avion après le travail

Une fois votre journée de travail terminée, est-il encore possible d'échapper aux sollicitations d'un collègue en détresse ou d'un employeur un peu trop envahissant ? On dirait bien que non. La preuve en infographie.

Une fois votre journée de travail terminée, est-il encore possible d’échapper aux sollicitations d’un collègue en détresse ou d’un employeur un peu trop envahissant ? On dirait bien que non. La preuve en infographie.

A-t-on le droit d’avoir une vie après le boulot ? Si la réponse est bien évidemment oui, une étude menée par Qapa.fr montre à quel point les mails et/ou appels de collaborateurs hors heures de bureau ont un impact dans notre vie privée et peuvent polluer nos moments de détente. Ainsi, 63 % des sondés avouent répondre à leur téléphone professionnel en dehors des horaires de travail et 2% d’irréductibles acceptent même les communications jusqu’à 23h. Question de responsabilité ou de dévotion.

Pour les emails, les Français semblent être moins disponibles. En effet, si 34% avouent y répondre sans limite horaire, 22% autres ferment tout dès 18h. Cependant, 14% consultent leur messagerie jusqu’à 19h, 12% jusqu’à 20h, 8% jusqu’à 21h et 7% jusqu’à 22h, tandis que seulement 3% y répondent très tard, jusqu’à 23h. Si les travailleurs acceptent de gérer appels et emails sans trop sourciller pendant la semaine, en revanche le week-end divise les Français en deux. Avec 54% qui refusent de répondre aux appels professionnels contre 46% qui décrochent même le samedi et le dimanche.

Une étude menée par BETC, il y a quelques mois, et intitulée « The Modern Nomad : connect me if you can », explique parfaitement ce besoin quasi compulsif de toujours être occupé et de traiter le flux des messsages au plus vite, quitte à râler devant ses convives face à un mail siglé d’un magnifique « URGENT » : « Courir partout et tout le temps est de plus en plus valorisé par la société. Courir est synonyme d’activité et d’essentiel à la vie sociale. 52% des consommateurs mondiaux (et jusqu’à 63% des prosumers français) estiment que les gens toujours en mouvement ont une vie plus intéressante. A tel point que respectivement 72% des prosumers mondiaux estiment se prétendre occupés plus souvent qu’ils ne le sont en réalité. D’ailleurs à peine un tiers d’entre eux pensent avoir trop de choses à faire, en réalité ». Et si en plus le monde du travail alimente cette hyper-connectivité, ce n’est pas le rôle sans cesse grandissant du smartphone dans notre vie qui devrait inverser la tendance.

Combien de Français répondent aux emails et appels après le boulot ? publié par INfluencia5

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia