5 septembre 2021

Temps de lecture : 2 min

Occurrence: retrouver une vie sociale passe avant la consommation

A l’occasion du 13e sommet des Napoleons qui se tenait cet été à Arles, sur le thème des plaisirs, le cabinet Occurence a mené une étude auprès des Français pour comprendre à quel point la notion de “plaisir” avait été modifiée par la crise sanitaire… et il y a de bonnes surprises. 57% des Français se disent optimistes pour l’avenir !

vie sociale

Nous avons voulu voir quelle était la nouvelle définition du plaisir pour les Français, après 15 mois de confinements et de couvre-feux”, expliquait Assaël Adary, le cofondateur et président du cabinet d’études Occurrence devant le public des Napoléons, dont le sommet d’été se tenait à Arles du 21 au 24 juillet 2021. Premier enseignement: 57% des Français se disent optimistes pour l’avenir.

Un Français sur sept a revu sa définition du plaisir

Pour 68% des Français, la période a en effet été marquée par une évolution de la “géographie” de leurs plaisirs. Cette évolution concerne davantage les femmes que les hommes, ainsi que les urbains (particulièrement les Franciliens) plus que les ruraux. Les moins de 45 ans sont aussi plus nombreux à avoir revu leur définition du plaisir que les autres.

Pour comprendre comment cette vision du plaisir a évolué et conserver un maximum de spontanéité, Occurrence a privilégié les questions ouvertes, ce qui a permis de recueillir de nombreux verbatims. En réponse à la question “Qu’est-ce que le plaisir pour vous aujourd’hui ?’, 4 000 citations ont pu ainsi être collectées, puis analysées et quantifiées.

“Deux premiers plaisirs apparaissent spontanément : l’envie de s’affranchir à nouveau des frontières et la volonté de retrouver une vie sociale”, détaille Assaël Adary. C’est là le premier enseignement : retrouver la liberté de se déplacer en dehors des limites imposées par les confinements et les fermetures de frontières semble davantage préoccuper les Français que la fin des contraintes horaires imposées par les couvre-feux.

La culture, trois fois plus citée que le sport

Ce retour à la vie sociale s’avère également bien plus important que la possibilité de consommer à nouveau : “la vie sociale est le plaisir qui arrive en tête de tous les plaisirs cités. Elle est dix fois plus évoquée [dans les verbatims] que le shopping”. Une singularité française, alors que d’autres pays sont marqués par des vagues de “revenge shopping” ?

Au sein de cette vie sociale, ce sont les amis qui sont privilégiés, devant la famille, mais de peu : respectivement 20% et 18%. La culture est aussi régulièrement citée (9%), devant le retour à la nature (7%)… et bien loin devant le sport (3%), qui se trouve mentionné trois fois moins souvent que la culture. Néanmoins, au sein de cette hiérarchie des plaisirs renouvelée par le Covid, il n’y a finalement pas de nouveau plaisir qui émerge véritablement.

Les Français exceptionnellement optimistes pour l’avenir

Pour autant, la dernière question de l’étude – réalisée au début de l’été, avant les inquiétudes autour du variant Delta – apporte une véritable surprise : il s’agit de la traditionnelle question “Diriez-vous que vous avez confiance dans l’avenir ?”, qui est posée régulièrement aux Français par les sondeurs.

“En décembre 2020, le ‘oui’ était à 40%, ce qui était déjà très haut. Le plus bas a été atteint en 2013, à 25%. Aujourd’hui, en 2021, on est au plus haut niveau que je n’ai jamais mesuré de ma vie : 57%”, s’enthousiasme le président d’Occurence. Cette vague d’optimisme touche tout particulièrement les jeunes générations : les 18-25 ans sont 62% à répondre “oui” à la question et les 25-34 ans sont 64%. De quoi être optimiste pour la rentrée ?

En résumé

Selon cette étude du cabinet Occurence réalisée pour Les Napoleons, 57% des Français se disent optimistes pour l’avenir. Un record.

Benoit Zante

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia