21 avril 2021

Temps de lecture : 4 min

Le 31è Observatoire de la Presse de l’ACPM : retour sur une année exceptionnelle

L’Observatoire de la Presse de l’ACPM revient pour sa 31è édition ce jeudi 29 avril avec INfluencia, pour partenaire. Une occasion parfaite pour prendre du recul sur l’année écoulée : quelles sont les grandes tendances qui marqueront durablement le secteur de la presse et les travaux de l’ACPM ? Décryptage avec Mélanie Fernandez, Directrice Marketing de l’ACPM.

INfluencia : en tant que fine observatrice des évolutions de la presse, que retenez-vous de cette année 2020 hors norme ? Comment les marques media se sont-elles adaptées ? Quels sont les nouveaux usages qui ont émergé ?

Mélanie Fernandez : ce que nous avons pu observer et étudier c’est tout d’abord l’accélération de la transformation digitale du secteur : les médias et la presse se sont faits à ces nouveaux modes de diffusion digitaux, notamment pour s’adapter au contexte (kiosques fermés, difficultés de distribution, …). Cela se traduit par un record de fréquentation des sites d’information généraliste et des applications, notamment pour mars 2020. Du jamais vu en 20 ans ! Nous annoncions le 11 février dernier que les versions numériques individuelles progressaient de 46,5% entre 2019 et 2020. Les chiffres de l’Observatoire que nous révèlerons Jeudi 29 avril viennent confirmer ces éléments. La presse a été un relai très important pendant cette pandémie. D’après notre étude OneNext, 88% des Français ont confiance en ce qu’ils lisent. Les Français sont attachés aux marques média, en digital ou papier. Il est intéressant de noter que l’abonnement a pris une part de plus en plus centrale (en digital ou en papier) puisque 42% des lectures proviennent d’abonnements, d’après OneNext toujours. Concernant les usages, les marques médias ont poursuivi leur diversification, avec de nouveaux formats, avec l’essor des podcasts et de la vidéo. Les médias intègrent aussi de nouvelles plateformes comme Twitch.

IN. : quelles sont les grandes tendances d’audience analysées sur cette année 2020 ? Est-ce que des secteurs émergent plus que d’autres ?

M.F. : deux grandes familles de presse ont tiré leur épingle du jeu en 2020. La première est la presse d’actualité et d’information (print et digitale), qu’elle soit locale ou nationale, qui a connu des records de diffusion et de fréquentation et d’audience tout au long de 2020. La deuxième famille qui a surperformé, ce sont certains segments de niche de la presse magazine. Et notamment la presse jeunesse qui a connu un très fort engouement pendant les confinements ; puis la presse d’actualité générale et société ; viennent ensuite la presse pour les adolescents et l’enseignement et pour certaines marques, la presse TV. Ces marques qui ont su divertir et informer les Français ont généré un attachement fort et des abonnés supplémentaires.

IN. : comment l’ACPM a-t-elle accompagné les marques media sur l’année écoulée ?

M.F. : nous avons mis en place plusieurs innovations comme OneNext, la certification des podcasts et ACPM360. OneNext notre nouvelle étude d’audience aussi bien sur le print et le digital, que sur la consommation des Français, a été lancée en Juin 2020. Publiée 4 fois par an, OneNext est l’étude de référence d’audience des marques de presse sur le marché. Les 1ers chiffres 2020 consolidés seront présentés lors de l’Observatoire de la Presse. Deuxième nouveauté sortie en juin 2020 : notre certification des podcasts. Il s’agit d’un classement mensuel des podcasts, qu’ils soient issus de la diversification des contenus des marques de presse, mais aussi des pure players comme les studios de podcasts ou des acteurs historiques de la radio. De 31 podcasts certifiés en juin dernier nous sommes désormais à près de 200 podcasts certifiés chaque mois.Nous avons également développé ACPM360, sorti début 2021 : un dispositif connecté dont l’accès est donné à tous les membres de l’ACPM, regroupant 800 marques adhérentes. Ce dispositif centralise au sein d’une même interface l’ensemble des indicateurs : print, sites, applis, podcasts, de quoi suivre la diversification des marques media. Nous avons par ailleurs accompagné les marques médias quand l’industrie, par notre biais, a pris la décision de neutraliser les mois de Mars 2020 à Juin 2020 dans le calcul de la diffusion, pour ne pas déstabiliser les tendances et le marché au vu des chiffres atypiques dus par exemple à l’arrêt de la distribution de certains titres, au changement de périodicité, au report sur le digital, … Enfin nous multiplions les actions pour mettre en avant nos membres. Demain La Presse le Festival organisé le 2 février dernier a réuni plus de 80 marques médias et a rencontré un beau succès d’audience. Ces actions vont continuer, pour mettre en avant la force des marques médias.

IN. : l’Observatoire de la Presse soufflera sa 31ème bougie jeudi prochain. Quelles sont les nouveautés pour cette édition ?

M.F. : à année exceptionnelle, édition exceptionnelle. Pour la première fois l’Observatoire se fera en livestreaming, et se tiendra dans un format plus court et plus resserré que les années précédentes. La première partie sera consacrée à la présentation de l’Observatoire et l’analyse de la fréquentation et de diffusion en 2020, ainsi qu’aux tendances du secteur, son adaptabilité, les innovations et les perspectives. Cette table ronde réunira 3 expertes de l’ACPM : Amélie Benisty (Directrice de l’audience), Mathilde Jéhan (Directrice des activités numériques) et moi-même. Nous évoquerons également les innovations côté ACPM. La seconde partie sera consacrée à la remise des étoiles de l’ACPM. Ce sera aussi la première remise des étoiles OneNext, avec quelques petites surprises…

IN. : au cœur des enjeux médias pour 2021, se trouvent les transformations écologiques et numériques. Quels sont vos engagements au côté des acteurs de la presse pour accompagner ces mutations ?

M.F. : la RSE et la numérisation sont les grands enjeux actuels des membres de l’ACPM, médias et écosystème médias (agences, régie, …). L’ACPM les accompagne avec de nouveaux indicateurs, plus riches, qui permettent de comparer de manière équitable les acteurs du marché. Concernant les sujets RSE, nous sommes consultés en tant que tiers de confiance des médias. Nous menons des travaux main dans la main avec nos membres pour mieux cadrer le marché, disposer d’un socle commun afin de répondre aux exigences de la Loi Climat et Résilience. Un peu comme lorsque nous l’avons fait pour le label Digital Ad trust. Au sujet des enjeux de numérisation, les médias proposant de plus en plus d’offres d’abonnements digitaux, et notre but étant de comptabiliser de manière uniforme tous les acteurs, nous mettons en place des groupes de travail pour réfléchir à de nouvelles certifications. Par ailleurs avec OneNext nous intègrerons de nouveaux indicateurs liés à ces nouveaux usages et aux nouveaux supports de consommation des médias (réseaux sociaux, vidéo, newsletters et podcasts). Notre rôle est de trouver des méthodologies adaptées à tous pour répondre à ces nouveaux enjeux et aux nouveaux usages. Comme nous l’avons fait pendant l’année écoulée, il s’agira de rebondir, de nous adapter, avec beaucoup de nouveaux projets.

Thiry Émilie

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia