22 mai 2013

Temps de lecture : 1 min

La 1ère pub sur laquelle vous pouvez parier !

Pour la première fois au monde, une vidéo publicitaire interactive permet au consommateur de parier sur son épilogue. L’innovation est signée Duval Guillaume en Belgique et devrait très vite faire jurisprudence.

Gagner de l’argent en pariant sur le vainqueur d’une course atypique faisant office de spot publicitaire : l’ambition de Duval Guillaume est à la hauteur de ses inspirations créatives. « La technologie n’est pas nouvelle, c’est juste un jeu à l’intérieur d’une vidéo. Mais c’est la première fois que le consommateur peut parier dans et sur un film », explique pour INfluencia Maarten Van Herck, de l’agence anversoise.

Pour promouvoir le lancement de la section sportive de Napoleon Games – leader des jeux d’argent au Plat pays et présent sur le marché des paris online depuis l’année dernière – Duval Guillaume a eu l’idée d’un spot mettant en scène sept pseudo athlètes lancés dans un pastiche de course urbaine. Le dispositif, baptisé « Run the Village », rend possible, après quelques secondes, de geler l’image pour placer un pari. Une fois désigné le lauréat de son choix, la vidéo est relancée et le spectateur-parieur peut s’amuser devant ce film de deux minutes conçu comme un clip vidéo humoristique.

« A l’instar des jeux de paris, la fin n’est jamais la même », nous précise Maarten Van Herck. « Quatre des sept participants sont susceptibles de gagner la course et même nous, nous ne savons pas qui. C’est le hasard qui décide à chaque fois. » Evidemment la vidéo, accessible sur tous les supports mobiles, renvoie vers la plate-forme de paris sportifs en ligne de Napoleon. Pour chaque pari gagnant, l’heureux élu reçoit 500 euros de crédits.

Réalisé par Koen Mortier de la boîte de production Czar, le film pourrait très vite faire des émules. Après tout, quelle meilleure interaction avec le consommateur que de transformer sa pub en jeu participatif ! Coutumière des initiatives originales, l’agence outre-quiévrain avait déjà détonné avec « Stop the Traffic » puis encore étonné à l’automne en 2012 lors du lancement de la première Journée internationale de la Fille : pour sensibiliser la Belgique à la condition féminine dans les pays du Sud, elle avait envoyé au turbin les jeunes filles de deux lycées…

Benjamin Adler / @BenjaminAdlerLA

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia