AccueilTENDANCESPRéSIDENTIELLE AMéRICAINE : COMMENT S’EN SONT SORTIES LES IA ?

Présidentielle américaine : comment s’en sont sorties les IA ?


Publié le 13/12/2020

Image actu

Même si Donald Trump n’a pas encore reconnu sa défaite et espère toujours inverser le résultat grâce à ses recours en justice, la victoire de Joe Biden est bel et bien actée. Une victoire qui était loin d’être facile à prédire par les sondages, après la surprise de 2016. Comme c’est désormais le cas à chaque élection, l’intelligence artificielle a été mise à profit pour prédire les résultats du vote… avec plus ou moins de succès !

 

Au petit jeu des pronostics, ce sont les algorithmes de la startup Expert.AI qui sortent vainqueurs, selon la newsletter spécialisée TheBatch. Cette entreprise italienne, spécialisée dans l’analyse du sentiment des internautes, s’est appuyée sur les réseaux sociaux et l’étude de 500 000 posts sur Twitter et d’autres plateformes, pour déterminer un “People Emotions Index”. Les prédictions ainsi obtenues pour le “vote populaire” donnaient 50,2% pour Joe Biden et 47,3% pour Donald Trump. Pas si loin du résultat final (51.3% contre 46.8%).

 

 

Un people emotions Index

 

Un concurrent d’Expert.AI, l’américain Kcore Analytics s’est pour sa part appuyé sur rien de moins qu’un milliard de posts Twitter émis par des utilisateurs influents ou liés à des hashtags populaires. Une méthodologie utilisée avec succès l’an dernier pour prédire le résultat des élections en Argentine. Les prédictions de l’entreprise donnaient certes Joe Biden gagnant, mais par 8 ou 9 points de pourcentage… finalement bien loin du compte ! Néanmoins, malgré cette avance confortable en nombre de voix au niveau national, le modèle prévoyait un score très serré en matière de grands électeurs, ce qui s’est avéré assez exact.

 

 

Données recueillies sur Facebook et Twitter

 

Advanced Symbolics, qui affirme avoir prédit avec succès les résultats d’une vingtaine d’élections par le passé, avait aussi prédit une victoire bien plus large de Joe Biden. L’entreprise, lancée par des chercheurs de l’Université d’Ottawa, s’appuyait sur des données issues de Facebook et Twitter pour constituer un large panel de 288 659 utilisateurs considérés comme représentatifs de l’électorat américain. Ses prévisions donnaient 372 grands électeurs à Joe Biden… contre 306 en réalité.

 

 

Sondeurs à la traîne

 

Petite consolation pour toutes ces startups : les sondeurs traditionnels, eux, se sont parfois retrouvés encore plus éloignés de la réalité, en n’anticipant pas un score final aussi serré entre les deux candidats. RealClearPolitics, un agrégateur de sondages, donnait par exemple sept points d’avance au niveau national à Joe Biden, quand FiveThirtyEight, le site du statisticien-star Nate Silver, lui donnait huit points d’avance.

 

 

Alors on fait confiance aux sondeurs ou aux IA ?

 

Pour les prochaines élections, faudra-t-il mieux faire confiance aux sondeurs ou aux IA ? Comme l’explique Hernan Makse, qui dirige Kcore Analytics, dans The Independant, “la principale différence entre les sondages traditionnels et l’intelligence artificielle est le fait que l’IA s’améliore en permanence. Chaque élection est une nouvelle source de données, même si elle n’a pas prédit le bon résultat… vous mettez toutes ces informations dans le modèle, et il apprend de chaque élection.” Rendez-vous donc en 2024, pour le match retour… même s’il est probable que d’ici là, les sondeurs aient, eux aussi, intégré les modèles de machine learning à leur arsenal prédictif.

Commentez


Abonnez-vous à la revue

RECHERCHER PAR






INCLUSION
MARQUEURS by SUP DE PUB
INCLUSION